Le Belge accro à la voiture de société

Le Belge accro à la voiture de société
Bruno DALIMONTE/le soir

Des chercheurs de l’ULB et de la VUB ont mené une enquête auprès de 539 conducteurs de voitures de société. Les résultats montrent à quel point l’attachement à la voiture de société est fort dans notre pays.

La très grande majorité des répondants (80 %) refusent purement et simplement le principe d’un échange contre un supplément de salaire même si celui-ci est soumis à la même imposition fiscale. L’enquête montre que l’âge et un habitat en zone rurale ont une influence négative sur le fait d’envisager des alternatives aux voitures de société. Sans surprise, on retrouve aussi dans cette catégorie d’irréductibles ceux qui sont le moins sensibilisés à l’environnement, les moins familiarisés avec les modes de transport alternatifs. 20 % des utilisateurs sont, eux, intéressés par une forme de budget mobilité en lieu et place de la voiture de société. Ce pourcentage serait probablement plus élevé si on leur avait proposé une forme de budget mobilité qui permet de conserver une voiture de société plus petite pour dégager un budget destiné à autre chose (abonnement transport en commun…).

Un montant mensuel en cash en échange de leur voiture est-il susceptible de convaincre les usagers de la route ? Oui, mais pour 741 euros (en moyenne) alors que les utilisateurs potentiels du budget mobilité ne demandent « que » 468 euros. Des solutions de mobilité alternative ? Pour ceux qui se déclarent ouverts à l’abandon de leur voiture de société contre un package de mobilité fixé à 700 euros, la solution qui s’impose est celle des transports en commun (70 %), en combinaison avec d’autres options. Suivie de l’autopartage (62 %), du vélo d’entreprise (60 %) et de la mobilité comme service (58 %).

Un cinquième des répondants n’ont sélectionné aucune option, ce qui signifie qu’ils veulent recevoir l’intégralité du montant en espèces. À noter que la plupart des répondants comptent sur une augmentation de leur salaire puisque le coût des options qu’ils ont sélectionnées ne dépasse pas en moyenne les 396 euros.

– > Voitures de société : les principales leçons de l’étude

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite