Le nombre de morts baisse pour la 3e année consécutive sur les routes belges

© Belga
© Belga

Le nombre de morts a baissé pour la 3e année consécutive sur les routes belges. En 2018, le nombre de tués (440) a baissé de 7,4 % par rapport à 2017. Trente-cinq vies ont été sauvées, indique lundi l’institut Vias qui publie son baromètre de la sécurité routière.« Jamais auparavant, nous n’avions enregistré aussi peu de victimes », se réjouit Vias qui signale toutefois une hausse de tués chez les seniors, cyclistes et motards.

L’an dernier, le nombre de tués sur place a chuté de 7,4 % par rapport à la même période en 2017 (soit 440 tués sur place contre 475). C’est presque deux fois moins qu’il y a 10 ans (847), selon Vias. À ce nombre, il faut ajouter 590 personnes qui sont décédées dans les 30 jours suivant l’accident (615 en 2017).

Le nombre d’accidents a légèrement augmenté, passant de 37.798 à 38.197 (+1,1 %) et le nombre de blessés à légèrement augmenté de 0,5 % (48.541 blessés contre 48.314 en 2018).

Net recul en Wallonie

La Wallonie a connu en 2018 un recul plus important du nombre de tués sur ses routes : – 13 % soit 207 tués sur place. Le nombre de tués a baissé partout en Wallonie sauf dans le Brabant wallon.

La baisse est de 3 % en Flandre (217 tués). À Bruxelles, on a dénombré un mort de plus sur les routes (de 15 à 16).

Le nombre d’accidents corporels a légèrement diminué en Wallonie (de 10.888 à 10.813 accidents, soit -0,7 %) et a stagné à Bruxelles (de 3.812 à 3.809 accidents, soit -0,1 %) ; il a par contre légèrement augmenté en Flandre (de 23.098 à 23.575 accidents, soit +2,1 %).

Si le nombre de morts sur les routes a baissé globalement, le nombre de cas de décès a augmenté chez les seniors (de 87 à 97), chez les cyclistes (de 40 à 44 morts) et chez les motards (de 64 à 71).

Bellot satisfait

« Pour la 3e année consécutive, le nombre de tués sur nos routes est en baisse dans notre pays. Depuis 2014, cela représente une diminution d’environ 20 %. C’est une tendance positive et encourageante, fruit d’un travail tant au niveau de la sensibilisation que de la répression », se réjouit François Bellot, ministre fédéral de la Mobilité. « Certaines mesures doivent encore montrer leurs effets dans les prochains mois, notamment l’imposition de l’éthylotest antidémarrage pour certains contrevenants. Je suggère d’organiser de nouveaux États Généraux de la Sécurité Routière début 2020 afin de se fixer de nouveaux objectifs et d’émettre des recommandations pour encore réduire le nombre d’accidents et essayer d’identifier des actions ciblant les groupes à risque ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Accident de la route|Mort|Vias
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite