Le néerlandais est de moins en moins souvent la première langue des élèves flamands

© Vincent Rocher
© Vincent Rocher

La première langue des élèves de l’enseignement flamand est de moins en moins souvent le néerlandais, a déduit la députée N-VA Vera Celis, sur la base de différentes réponses parlementaires. En périphérie bruxelloise, les enfants dont le néerlandais n’est pas la langue maternelle sont même en majorité.

► Hendrik Bogaert (CD&V) voudrait que les Flamands ne parlent que le néerlandais à Bruxelles, le lundi

Au cours de l’année scolaire 2017-2018, 21,5 % des élèves de l’école primaire en Flandre ne parlaient pas le néerlandais à la maison. Ils étaient 17,6 % cinq ans plus tôt. La tendance est la même dans le secondaire, où cette proportion est passée de 11,7 % en 2012-2013 à 16,7 % en 2017-2018.

Le phénomène touche toutes les provinces flamandes. Les écoles primaires d’Anvers comptent par exemple 46 % d’élèves dont la langue maternelle n’est pas le néerlandais. Ils sont un tiers à Gand et 28 % à Ostende.

En périphérie bruxelloise, cette proportion passe même au-dessus des 50 % : 62 % à Rodes-Saint-Genèse, 60 % à Machelen, 57 % à Vilvorde et 54,8 % à Zaventem.

« Ces chiffres démontrent que les mesures pour améliorer le déficit linguistique des enfants et des jeunes restent indispensables », selon Vera Celis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06776267

    Malgré la culpabilité de Weinstein, le procès emblématique post-#MeToo s’achève en demi-teinte

  2. A Codogno en état de siège, les pharmacies, supermarchés et boulangeries sont pris d’assaut.

    Coronavirus: l’Italie du Nord à la recherche du «patient zéro»

  3. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite