Charles Michel sur son lapsus: «Le PS est mal placé pour donner des leçons de langage»

Charles Michel © Belga
Charles Michel © Belga

Lors du congrès du MR dimanche à Louvain-la-Neuve, Charles Michel a évoqué le danger d’un « cocktail national-socialiste », un vocable qualifié de « lapsus » par son parti après une série de condamnations dans les rangs du PS, d’Ecolo et de la N-VA, s’indignant d’une comparaison avec le parti nazi allemand d’Adolf Hitler.

« Il s’agit bien de ’nationalistes-socialistes’. Il y a un parti socialiste et un parti nationaliste. L’histoire récente a démontré que lorsqu’ils s’associent, cela mène à l’instabilité », a confirmé M. Michel sur Twitter. «  Il faut être sacrément à court d’arguments et de grande mauvaise foi pour y voir autre chose », a-t-il ajouté.

Interrogé ce lundi matin sur La Première, Charles Michel s’est adressé en particulier à Elio Di Rupo  : « Ceux qui pendant quatre ans ont parlé de rafles, de régime de Vichy, ont traité ce gouvernement de fascistes sont très mal placés pour donner des leçons de langage ».

Le Premier ministre a également rappelé que « le cocktail N-VA et PS amène à chaque fois le chaos, la division et l’appauvrissement. C’est le message que je voulais donner. »

« Le MR est le seul rempart pour garder la stabilité du pays » a insisté Charles Michel.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Partis politiques|Charles Michel
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite