Climat: le MR ne ferme plus la porte à une révision de l’article 7bis de la Constitution

© Belga
© Belga

Le MR n’est plus fermement opposé à une révision de l’article 7bis de la Constitution, qui permettrait l’adoption rapide d’une loi climat toujours rejetée par une majorité de partis flamands. Mais pas question de relancer le conflit communautaire par ce biais, a affirmé lundi le Premier ministre et président du MR Charles Michel, en réclamant un débat de fond sur les mesures à prendre.

Interrogé dans l’émission Matin Première (RTBF) sur une révision de l’article 7bis de la Constitution, M. Michel a affirmé : « Nous sommes prêts à avancer s’agissant du climat ».

Mais il a immédiatement prévenu qu’il était hors de question d’ouvrir « la boîte de Pandore » des conflits communautaires et institutionnels au départ de ce débat. « Nous attendons de la clarté des autres formations politiques sur la question institutionnelle et communautaire », a-t-il ajouté, en renvoyant aux débats du Parlement.

Alors que des militants d’Occupy for Climate se mobilisaient à Bruxelles en faveur d’une modification du 7bis, M. Michel a souligné les limites d’une loi climat.

► Climat : après avoir campé rue de la Loi, les manifestants sont réunis place du Trône

Les manifestants mobilisés jusqu’à mardi

« La loi climat telle qu’elle a été déposée aujourd’hui ne fixe que des objectifs. Nous voulons un débat de fond sur les moyens d’y parvenir, sur les mesures concrètes. Il faut sortir du flou entretenu par certains autour des mesures à prendre », a-t-il déclaré, dénonçant les partis qui veulent avant tout agir par une hausse des taxes.

La proposition de loi spéciale climat a été co-signée par les écologistes, les socialistes, le CDH, DéFI ainsi que le MR, mais jusqu’ici ce dernier privilégiait la voie d’un accord de coopération entre les différentes entités du pays. Une révision de l’article 7bis de la Constitution est également refusée par le CD&V, l’Open VLD et la N-VA.

La commission de révision de la Constitution doit se réunir ce mardi à ce sujet. Mais même avec un soutien du MR, la majorité spéciale nécessaire (deux tiers des députés et une majorité simple dans chaque groupe linguistique) paraît inaccessible actuellement.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20190220-3RDJ7U_low

    Le bulletin de Didier Reynders: 68%

  • d-20190128-3QYLPC_high

    Par La rédaction

    Politique

    Le bulletin de Charles Michel: 62%

  • MontageFederal

    Par La rédaction

    Élections fédérales 2019

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite