Accueil Société Enseignement

Une école multilingue à Bruxelles: une évidence dans une ville cosmopolite?

Les deux recteurs lancent un appel aux politiques. Pour eux, c’est une évidence dans une société ouverte, une ville cosmopolite. Et un bienfait attesté par la recherche académique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

C’est une école où l’on apprend, en français, le sens, l’art, le poids d’une langue. Les maths et les sciences en anglais. La géographie et l’histoire en néerlandais. C’est l’école multilingue que les recteurs de l’ULB et de la VUB veulent créer. Des mois qu’ils mûrissent, avec leurs experts, ce projet… A la veille du scrutin, Yvon Englert et Caroline Pauwels, bousculant les lois et la Constitution, lancent un appel aux politiques : « Faisons-le, on est prêts ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Boumal Michel, mardi 2 avril 2019, 10:04

    Oui, même pour la généralisation de ce type d'école. Mais commençons par une école primaire, comme le font les Ecoles européennes. Sinon, les élèves manqueront de la maîtrise élémentaires des langues nécessaire pour aborder les matières d'apprentissages de la première secondaire. Par ailleurs, est-ce faisable? Oui, pour autant que l'on crée deux écoles multilingues primaires, puis deux secondaires : l'une subventionnée par la Vlaamse Gemeenschap, l'autre par la FWB. Aux politiques de prendre leur responsabilité face aux besoins réels de nos sociétés internationalisées.

  • Posté par Leotard Marc, mardi 26 mars 2019, 15:52

    J’approuve l’idee, mais elle est irréalisable. Mais cela implique de revenir sur le fédéralisme communautaire ! Pourquoi ? 1° parce que la direction, l’administration de l’ecole Devront bien répondre à une autorité, faire approuver ses programmes, être financée, respecter des décrets : lesquels ? La Région bxl ou la Cocof n’ont pas cette compétence, et si on la leur donne, elles ne sont pas prêtes en termes de textes légaux. Et je vous promets une foire d’empoigne quand il faudra, pour les rédiger, choisir de s’aligner sur les règles flamandes ou wallonnes ! 2° parce que la vie scolaire ne se résume pas aux cours. Quelle langue parleront les surveillants ou préfets aux élèves ? Quelle langue au réfectoire ? Devant quelle institutions et dans quelle langue les recours ? Les réunions de parents ? Etc. 3° parce que les employés et professeurs dépendent aussi de règles différentes selon la Communauté. Régionaliser demande une Nème réforme de l’Etat ! C’est actuellement très difficile d’engager un prof de l’autre communauté. 4° Quid de l’homologation des diplômes ? De la reconnaissance par les universités ? Seule solution : relever d’un pouvoir, F ou N, et changer les décrets pour autoriser (et homologuer) ce type de programme. Donc dépendre de la bonne volonté des Wallons ou des Flamands... qui ne feront jamais ce cadeau à Bruxelles.

  • Posté par M. BEAUMONT ALAIN , mardi 26 mars 2019, 19:17

    Et comment procède l’Ecole Européenne? ...Elle pourrait servir d’exemple.

  • Posté par Bayens Remi, mardi 26 mars 2019, 18:15

    Voilà où on estt avec ce fatras institutionnel .

  • Posté par Philippe Christian, mardi 26 mars 2019, 13:10

    Magnifique, excellente, inimaginable, inattendue et ô merveilleuse initiative !!! Ik teken met twee handen and believe me... watch out for this Belgium! Congrats Caroline & Yvon! More of this PLEASE!!!

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs