La Ville de Bruxelles obtient la vente forcée d’un immeuble à l’abandon, une première

Image d’illustration ©D.R.
Image d’illustration ©D.R.

Pour la première fois, la Ville de Bruxelles a obtenu la vente forcée d’une maison située à deux pas du piétonnier du centre de la capitale et restée inoccupée depuis plus de 10 ans. Le bien a été mis en vente publique en ligne le 21 mars dernier. Il le restera jusque vendredi.

La Ville considère qu’il s’agit là d’un signal fort dans le cadre de sa politique de lutte contre les logements vides.

Concrètement, l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Change.Brussels), a signé mercredi dernier un acte notarié dans le cadre de la vente forcée du bien situé au 12, rue du Bon Secours, au terme d’un processus entamé en 2011.

Inoccupée depuis plusieurs années

Cette maison, composée d’un rez-de-chaussée commercial et de trois étages destinés à du logement, était inoccupée depuis plusieurs années déjà. Sur base du Code du Logement, la Ville de Bruxelles a alors décidé d’introduire une action en cessation pour réhabiliter les logements.

Cette procédure judiciaire permet au tribunal de première instance de contraindre le propriétaire à mettre fin à l’inoccupation de son bien. Malgré un jugement obtenu en 2012 assorti d’astreintes journalières au montant de plus en plus élevé, aucune démarche entreprise par le propriétaire n’a abouti et le bien est resté vide jusqu’à présent.

«  La vente forcée apparaissait comme le dernier levier pour mettre un terme à l’inoccupation du bien. Nous voulons envoyer un signal fort. Il n’est pas tolérable que des habitations restent vides quand on sait qu’il devient de plus en plus difficile pour une partie de la population bruxelloise de trouver un logement », a commenté lundi Ans Persoons.

Une liste avec tous ces biens

La Ville de Bruxelles recense dans une liste tous les biens à l’abandon, négligés, inoccupés ou inachevés et pour lesquels des mesures doivent être prises. Certains de ces biens sont alors taxés, avec un montant progressif afin de persuader les propriétaires de mettre fin le plus rapidement possible à la situation délictueuse.

Selon l’échevin du Logement Mohamed Ouriaghli (PS), dans des cas spécifiques, la Régie foncière peut alors recourir à la prise en gestion publique d’un bien. Elle réalise des travaux pour le rendre habitable et se rembourse ensuite le coût des travaux par les revenus locatifs. Le plus souvent, la Ville et le propriétaire parviennent cependant à trouver un terrain d’entente.

«  La Ville privilégie toujours le dialogue mais elle tient aussi à adresser un message ferme aux propriétaires qui spéculent », a conclu le bourgmestre Philippe Close (PS).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite