Européennes 2019: une coalition progressiste sous l’étendard du «Printemps européen» aux élections en mai

©Le Soir. L’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis.
©Le Soir. L’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis.

Le Printemps européen, une alliance transnationale de mouvements progressistes, a lancé lundi soir à Bozar sa campagne en vue des élections européennes de mai prochain. Emmenée par l’ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis et le candidat malheureux à la présidentielle française Benoît Hamon, cette coalition a présenté les femmes et les hommes qui porteront son programme politique aux quatre coins de l’Europe lors du scrutin.

>Elections 2019: le PS approuve sa liste européenne emmenée par Paul Magnette

Aux cotés de Yanis Varoufakis, qui se présente en Allemagne sur la liste Démocratie en Europe, et de Benoît Hamon, qui se lance dans l’arène française sous l’étendard de Génération.S, des candidats se soumettront aux suffrages dans une dizaine d’autres pays, dont la Pologne, le Danemark, le Portugal, la Grèce ou encore la Belgique.

Outre leurs candidats, les différents mouvements coalisés au sein du Printemps européen ont présenté à Bruxelles les propositions de leur «New Deal pour l’Europe». Ce document, comptant une quarantaine de pages, énonce les principes fondamentaux et les politiques clés qu’ils envisagent.

Les membres de cette alliance affirment vouloir offrir des solutions immédiates aux crises politiques, sociales, économiques et écologiques que traverse aujourd’hui l’Europe. «Nos propositions peuvent être mises en oeuvre dès demain et sans qu’aucune modification des traités soit nécessaire», a souligné M. Varoufakis, en présentant quelques mesures du programme.

« Européens convaincus »

Parmi celles-ci, un programme d’Investissement Vert de 500 milliards d’euros annuel pour la transition écologique, un renforcement des pouvoirs du Parlement européen, la création d’un fonds pour éradiquer la pauvreté, ou encore l’application d’une Taxe sur les Transactions Financières (TTF).

«Nous sommes critiques envers l’Union européenne telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, mais nous sommes aussi des Européens convaincus», a pointé Yanis Varoufakis, en précisant que l’objectif du Printemps européen n’était aucunement de désintégrer les institutions de l’UE, mais plutôt de permettre une reprise de leur contrôle par les citoyens.

En Belgique, huit femmes et huit hommes représenteront les listes - francophone et néerlandophone - «Be European Spring» lors du scrutin de mai. Ces listes citoyennes constituées à l’initiative de DiEM25 Belgique, en collaboration avec le Comité Génération.s Bruxelles-Europe (France) et le parti LIVRE (Portugal), seront emmenées par Laurent De Sutter et Rosita Allinckx.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite