Européennes 2019: une coalition progressiste sous l’étendard du «Printemps européen» aux élections en mai

©Le Soir. L’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis.
©Le Soir. L’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis.

Le Printemps européen, une alliance transnationale de mouvements progressistes, a lancé lundi soir à Bozar sa campagne en vue des élections européennes de mai prochain. Emmenée par l’ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis et le candidat malheureux à la présidentielle française Benoît Hamon, cette coalition a présenté les femmes et les hommes qui porteront son programme politique aux quatre coins de l’Europe lors du scrutin.

>Elections 2019: le PS approuve sa liste européenne emmenée par Paul Magnette

Aux cotés de Yanis Varoufakis, qui se présente en Allemagne sur la liste Démocratie en Europe, et de Benoît Hamon, qui se lance dans l’arène française sous l’étendard de Génération.S, des candidats se soumettront aux suffrages dans une dizaine d’autres pays, dont la Pologne, le Danemark, le Portugal, la Grèce ou encore la Belgique.

Outre leurs candidats, les différents mouvements coalisés au sein du Printemps européen ont présenté à Bruxelles les propositions de leur «New Deal pour l’Europe». Ce document, comptant une quarantaine de pages, énonce les principes fondamentaux et les politiques clés qu’ils envisagent.

Les membres de cette alliance affirment vouloir offrir des solutions immédiates aux crises politiques, sociales, économiques et écologiques que traverse aujourd’hui l’Europe. «Nos propositions peuvent être mises en oeuvre dès demain et sans qu’aucune modification des traités soit nécessaire», a souligné M. Varoufakis, en présentant quelques mesures du programme.

« Européens convaincus »

Parmi celles-ci, un programme d’Investissement Vert de 500 milliards d’euros annuel pour la transition écologique, un renforcement des pouvoirs du Parlement européen, la création d’un fonds pour éradiquer la pauvreté, ou encore l’application d’une Taxe sur les Transactions Financières (TTF).

«Nous sommes critiques envers l’Union européenne telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, mais nous sommes aussi des Européens convaincus», a pointé Yanis Varoufakis, en précisant que l’objectif du Printemps européen n’était aucunement de désintégrer les institutions de l’UE, mais plutôt de permettre une reprise de leur contrôle par les citoyens.

En Belgique, huit femmes et huit hommes représenteront les listes - francophone et néerlandophone - «Be European Spring» lors du scrutin de mai. Ces listes citoyennes constituées à l’initiative de DiEM25 Belgique, en collaboration avec le Comité Génération.s Bruxelles-Europe (France) et le parti LIVRE (Portugal), seront emmenées par Laurent De Sutter et Rosita Allinckx.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite