Boeing a effectué des vols d’essais du 737 MAX modifié

© AFP
© AFP

Boeing, qui s’efforce de faire lever l’interdiction de vol frappant tous les avions 737 MAX, a effectué lundi des vols d’essais d’appareils de ce type équipés d’un système anti-décrochage MCAS corrigé, ont indiqué deux sources proches du dossier.

Ces premiers tests interviennent après des essais sur des simulateurs de vol effectués samedi à Renton (dans l’Etat de Washington) par des pilotes d’American Airlines et Southwest, deux compagnies clientes du 737 MAX, ont ajouté ces sources sous couvert d’anonymat.

Une course contre la montre

L’avionneur est lancé dans une course contre la montre pour obtenir une nouvelle autorisation de faire voler les 737 MAX, qui sont cloués au sol depuis près de deux semaines en raison de l’accident le 10 mars d’un exemplaire d’Ethiopian Airlines qui présente des similitudes avec celui de Lion Air fin octobre. Les deux accidents ont causé 346 morts.

Dans les deux cas, des experts estiment que le système de stabilisation MCAS, qui mesure l’angle d’attaque, a contribué aux tragédies.

Le MCAS, qui met l’avion en piqué pour lui permettre de reprendre de la vitesse et de l’éloigner du risque de décrochage fatal, a été installé dans le 737 MAX parce que cet avion a des moteurs beaucoup plus lourds que le traditionnel 737 NG.

L’agence fédérale de l’aviation trop proche de Boeing ?

Boeing n’a toutefois pas encore transmis le correctif à l’agence fédérale de l’aviation (FAA), censé le certifier en vue de lever l’interdiction son interdiction de vol, a indiqué mardi une source gouvernementale.

Ces informations interviennent à la veille des auditions au Congrès américain de responsables de la FAA dont la procédure de certification du 737 MAX fait l’objet d’un audit et suscite des interrogations du fait de la proximité de cette administration avec Boeing.

Contacté par l’AFP, Boeing n’a pas souhaité commenter ces informations, indiquant consulter « régulièrement » les régulateurs sur ses modifications.

Sur le même sujet
Transport aérienBoeing
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite