Boeing a effectué des vols d’essais du 737 MAX modifié

© AFP
© AFP

Boeing, qui s’efforce de faire lever l’interdiction de vol frappant tous les avions 737 MAX, a effectué lundi des vols d’essais d’appareils de ce type équipés d’un système anti-décrochage MCAS corrigé, ont indiqué deux sources proches du dossier.

Ces premiers tests interviennent après des essais sur des simulateurs de vol effectués samedi à Renton (dans l’Etat de Washington) par des pilotes d’American Airlines et Southwest, deux compagnies clientes du 737 MAX, ont ajouté ces sources sous couvert d’anonymat.

Une course contre la montre

L’avionneur est lancé dans une course contre la montre pour obtenir une nouvelle autorisation de faire voler les 737 MAX, qui sont cloués au sol depuis près de deux semaines en raison de l’accident le 10 mars d’un exemplaire d’Ethiopian Airlines qui présente des similitudes avec celui de Lion Air fin octobre. Les deux accidents ont causé 346 morts.

Dans les deux cas, des experts estiment que le système de stabilisation MCAS, qui mesure l’angle d’attaque, a contribué aux tragédies.

Le MCAS, qui met l’avion en piqué pour lui permettre de reprendre de la vitesse et de l’éloigner du risque de décrochage fatal, a été installé dans le 737 MAX parce que cet avion a des moteurs beaucoup plus lourds que le traditionnel 737 NG.

L’agence fédérale de l’aviation trop proche de Boeing ?

Boeing n’a toutefois pas encore transmis le correctif à l’agence fédérale de l’aviation (FAA), censé le certifier en vue de lever l’interdiction son interdiction de vol, a indiqué mardi une source gouvernementale.

Ces informations interviennent à la veille des auditions au Congrès américain de responsables de la FAA dont la procédure de certification du 737 MAX fait l’objet d’un audit et suscite des interrogations du fait de la proximité de cette administration avec Boeing.

Contacté par l’AFP, Boeing n’a pas souhaité commenter ces informations, indiquant consulter « régulièrement » les régulateurs sur ses modifications.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Transport aérien|Boeing
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite