Boeing a effectué des vols d’essais du 737 MAX modifié

© AFP
© AFP

Boeing, qui s’efforce de faire lever l’interdiction de vol frappant tous les avions 737 MAX, a effectué lundi des vols d’essais d’appareils de ce type équipés d’un système anti-décrochage MCAS corrigé, ont indiqué deux sources proches du dossier.

Ces premiers tests interviennent après des essais sur des simulateurs de vol effectués samedi à Renton (dans l’Etat de Washington) par des pilotes d’American Airlines et Southwest, deux compagnies clientes du 737 MAX, ont ajouté ces sources sous couvert d’anonymat.

Une course contre la montre

L’avionneur est lancé dans une course contre la montre pour obtenir une nouvelle autorisation de faire voler les 737 MAX, qui sont cloués au sol depuis près de deux semaines en raison de l’accident le 10 mars d’un exemplaire d’Ethiopian Airlines qui présente des similitudes avec celui de Lion Air fin octobre. Les deux accidents ont causé 346 morts.

Dans les deux cas, des experts estiment que le système de stabilisation MCAS, qui mesure l’angle d’attaque, a contribué aux tragédies.

Le MCAS, qui met l’avion en piqué pour lui permettre de reprendre de la vitesse et de l’éloigner du risque de décrochage fatal, a été installé dans le 737 MAX parce que cet avion a des moteurs beaucoup plus lourds que le traditionnel 737 NG.

L’agence fédérale de l’aviation trop proche de Boeing ?

Boeing n’a toutefois pas encore transmis le correctif à l’agence fédérale de l’aviation (FAA), censé le certifier en vue de lever l’interdiction son interdiction de vol, a indiqué mardi une source gouvernementale.

Ces informations interviennent à la veille des auditions au Congrès américain de responsables de la FAA dont la procédure de certification du 737 MAX fait l’objet d’un audit et suscite des interrogations du fait de la proximité de cette administration avec Boeing.

Contacté par l’AFP, Boeing n’a pas souhaité commenter ces informations, indiquant consulter « régulièrement » les régulateurs sur ses modifications.

Sur le même sujet
Transport aérienBoeing
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite