Accueil Société

Le sucre, une drogue du quotidien

En activant les circuits liés au plaisir dans le cerveau, le sucre agit comme une drogue. Un vrai danger de santé publique, selon le neuroscientifique français Serge Ahmed.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

On ne le sniffe pas, il n’est pas illégal et ne se vend pas sous le manteau – loin de là. Mais le sucre agit comme une drogue et peut entraîner une addiction qui peut s’avérer mortelle chez certains individus, dénonce le neuroscientifique français Serge Ahmed, invité par le festival Nourrir Liège pour une conférence qui faisait salle comble ce mardi soir. Or tout nous pousse à en consommer : l’industrie agroalimentaire, la publicité ciblée et, last but not least, le plaisir voire le réconfort qu’il nous procure.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par MARTIN Roland, mercredi 27 mars 2019, 15:13

    Je suis toujours avec grande attention les interventions du Prof. Alfred Bernard: il a les pieds sur terre et a une grande compétence dans son domaine, ce qui n'est pas le cas de certains intervenants pseudo-scientifiques dont on ne comprend pas toujours les réelles intentions ...

  • Posté par Nica Petre, mercredi 27 mars 2019, 11:31

    "Ainsi, en ajoutant du sucre et du sel dans tous les aliments, particulièrement dans les plats préparés, l’industrie agroalimentaire a une responsabilité importante dans ce danger sanitaire" où sont les sanctions à coups de miliards pour intoxication alimentaire lente mais sure surtout chez nos enfants? Ou sont les sanctions sur les écoles avec des distributeurs de sodas et autres chips dans ou à la sortie des écoles ? Encore la posibilité pour nos gouvernant au niveau belge et européen pour des actions/mésures imédiates et de grande ampleur dans quasi toutes les entreprises alimentaires.

  • Posté par Bourgeois Sabine, mercredi 27 mars 2019, 19:24

    les associations de parents ne peuvent-elles pas demander à la direction des écoles de bannir les distributeurs de sodas & confiserie ? je crois bien que oui ..

  • Posté par Nica Petre, mercredi 27 mars 2019, 11:27

    Tout le monde s'accorde que le sucre industriel en trop grande quantite que se soit du vrai sucre ou des édulcorants d'origine non végétale est un réel danger pour la santé et une voie rapide vers un épidemie d'obesité ce qui va engendrer des coûts d'assurance maladie immenses. Donc cela est un besoin de sante publique et Maggie ne fait quasi rien pour mettre la presion sur l'Europe pour intérdire les société alimentaires de mettre trop de sucre dans tous les aliments et d'utiliser seulement un sucre naturel non industriel. Ce n'est pas les utlisateurs d'aliments ui doivent faire attention sur la qualité de leur nourriture cela est de la resposabilité des politiciens notre responsabilté doit etre restreinte à la quantité que nous mangeons et au sucre que nous ajoutons. Après une révolution financière : gilets jaunes , climatique : jeunes il faudrait une révolution alimentraire : nous tou sà fortiori si en surpoids pouir essayer d'arrêter l'inertie de nos gouvernants et mettre une pression supplémentaire de ce côté là. Une désobeissance civile en magasins sur tous les produits comportant trop de sucre ou de sucre industriel serait un plus et une action immédiate pour une nourriture plus saine sans trop de sucre ou de sel. Cela nous éviterait aussi de devoir lire les tout petits caractères sur les étiquettes qui deviennent illisibles avec le diabet et l'âge...

  • Posté par Bourgeois Sabine, mercredi 27 mars 2019, 19:27

    la Belgique refuse de reconnaître l'obésité comme une maladie chronique .. alors ... pour le moment c'est au citoyen de s'informer, de bannir la TV (pubs, perte de temps), de ne plus acheter les aliments dits de confort (chips, biscuits, viennoiseries, pizzas surgelées etc et) et de se prendre en charge : c'est une lutte de tous les jours

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs