Facebook continue de violer la vie privée des Belges selon l’Autorité de protection des données

Facebook continue de violer la vie privée des Belges selon l’Autorité de protection des données

La cour d’appel de Bruxelles entendra mercredi et jeudi les plaidoiries de l’Autorité de protection des données dans le cadre de l’affaire Facebook. Le 16 février 2018, le tribunal de première instance de Bruxelles avait jugé que le réseau social américain ne respectait pas la législation belge relative à la protection des données à caractère personnel. L’entreprise avait interjeté appel.

Selon l’Autorité de protection des données (APD), «Facebook ne respecte (pas encore) les législations belges et européennes», souligne-t-elle dans un communiqué. Le réseau collecte chaque jour des informations sur le comportement de navigation de millions d’internautes en Belgique, grâce aux fameux «cookies». «De cette manière, Facebook peut regarder par dessus leurs épaules lorsqu’ils surfent d’un site web à l’autre. Facebook ne suit pas seulement le comportement des membres mais aussi de millions d’autres internautes en Belgique qui ne disposent pas de compte» sur le réseau social, déplore-t-elle.

Ces informations, qui peuvent être sensibles telles que sur des problèmes de santé, l’orientation sexuelle ou les préférences politiques, sont ensuite utilisées par Facebook pour décrire un comportement de navigation, qui servira à cibler les publicités sur le réseau.

Rien n’a changé

L’entreprise ne se conforme dès lors pas à la législation belge et européenne, selon l’interprétation de l’APD, qui considère qu’il s’agit «d’infractions graves». En 2015, l’APD - qui s’appelait à l’époque Commission de la vie privée- avait décidé de saisir la justice. Le 16 février 2018, elle a obtenu gain de cause devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Facebook a toutefois interjeté appel.

Pour l’APD, les modifications que le réseau social a apportées depuis ne changent rien: l’entreprise «viole toujours les droits fondamentaux de millions de résidents en Belgique». Elle plaidera dès lors la confirmation de la condamnation de l’entreprise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite