Theo Francken: «La loi climat, c’est du vent»

Theo Francken: «La loi climat, c’est du vent»

I l n’y a aucune mesure concrète dans la loi climat. C’est du vent ». Theo Francken, ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, a répété son opposition à la loi climat lors de l’interview politique matinale de LN24, la nouvelle chaîne qu’il souhaite « ne pas être aussi de gauche que tous les autres médias francophones » .

L’élu N-VA estime que la révision de l’article 7bis de la Constitution, qui fera l’objet d’un vote ce jeudi en séance plénière, est un « jeu politique ». Il votera contre, comme le reste de son parti. « Il n’y a aucun contenu. Moi je veux un débat sur le fond : qu’est-ce qu’on va faire, qui va payer ? Les Verts ont des plans mais c’est la classe moyenne qui va tout payer. »

Theo Francken s’est dit « éco-réaliste », une formule déjà utilisée précedemment par la N-VA. « Ca veut dire qu’il y a des défis énormes avec le climat et l’écologie. Je crois qu’il y a des innovations qui vont donner beaucoup de résultats dans le futur. Je suis pour l’énergie verte mais je pense qu’il faut un plan où le nucléaire a aussi sa place », a-t-il encore affirmé.

Aucun regret

Interrogé en début d’interview sur sa démission après son opposition au pacte de Marrakech, l’ex-secrétaire d’Etat dit ne rien regretter. « Je ne comprends pas pourquoi le Premier ministre a laissé tomber le gouvernement pour faire un speech que personne n’a vu à New-York ».

Il a également commenté le lapsus de Charles Michel, qui a affirmé qu’une alliance entre le PS et la N-VA serait un «cocktail national-socialiste» pire que le Brexit. « Je pense que c’est un lapsus. Il n’est pas comme ça. Beaucoup de médias sont hystériques. Ca m’est arrivé de faire des lapsus et c’était directement l’hystérie. Le Premier ministre a vécu ça, ce week-end. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite