Robert Vertenueil après le rejet de l’AIP: «La FGTB dit ce qu’elle a à dire, que ça plaise ou non aux politiques»

© Bruno Dalimonte
© Bruno Dalimonte

Le comité fédéral de la FGTB a rejeté mardi, à 56 % des voix, le projet d’accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020. Auparavant, les deux autres syndicats, à savoir la CSC et la CGSLB, avaient donné leur feu vert.

Le gouvernement rencontre ce mercredi le Groupe des 10, qui réunit syndicats et patrons. La FEB et la CSC ont déjà exprimé leur souhait que le gouvernement applique l’AIP même si la FGTB n’est pas d’accord.

« Le gouvernement confirmera qu’il ne veut pas entendre la voix de ceux qui expliquent qu’il n’y a pas suffisamment de pouvoir d’achat », a affirmé Robert Vertenueil, président du syndicat socialiste au micro de Bel RTL. A propos du désaccart entre syndicat, il affirme : « Vous savez, indépendamment de l’accord, par rapport au pouvoir d’achat et à la loi de 1996 (qui limite l’augmentation des salaires), il n’y a pas un papier à cigarette entre les trois organisations syndicales ».

Le syndicat prépare-t-il les élections sociales ? Fait-il de la politique ? « Vous savez, quand on veut critiquer, on peut toujours critiquer. Moi, je ne me permets pas de juger ce que les autres syndicats font. J’ai du respect pour eux et ils en ont pour moi. Pour ce qui concerne la question politique, j’entends à longueur d’année que nous serions le bras du PS, ou du PTB. Mais notre organisation syndicale est indépendante, elle dit ce qu’elle a à dire, que ça plaise ou non aux politiques ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En tenant plus de 200 meetings dans la région, Salvini avait transformé le scrutin en un référendum sur sa personne dans l’espoir d’exiger des élections anticipées en cas de victoire.

    Élections en Italie: après un échec cuisant, Salvini va devoir revoir sa stratégie

  2. 06749896

    Billie Eilish, 18 ans, présent et avenir de la pop music

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite