France: un château à 57 millions d'euros va être détruit (photos)

Cette affaire d'urbanisme sort du commun par l'ampleur des constructions illégales, la transformation d'une modeste bastide de 200 m2 en une propriété de quelque 3 000 m2 d'une valeur estimée par le fisc à 57 millions d'euros, relate La Voix du Nord avec l’AFP.

Un délai de 18 mois pour détruire le palais

Les magistrats ont confirmé en appel une partie du jugement de première instance, ordonnant notamment «la remise en état des lieux par la démolition de l'ensemble des ouvrages» construits depuis 2005 par leur propriétaire Patrick Diter, selon le délibéré.

Elle devra intervenir «dans un délai de 18 mois», et passé ce délai «sous astreinte de 500 euros par jour de retard», ajoutent-ils, prononçant par ailleurs un total de 450 000 euros d'amende. Patrick Diter échappe toutefois à la peine de 3 mois de prison avec sursis prononcée en première instance à Grasse.

«Un projet pharaonique»

Lors de l'audience en janvier, l'avocat général Pierre-Jean Gaury avait dénoncé «un projet pharaonique, délirant, totalement illicite et construit de façon illégale», réalisé «au mépris des règles d'urbanisme de sécurité et d'environnement» par un propriétaire dont «la seule préoccupation est l'argent». Patrick Diter s'était dit prêt à démolir des bâtiments construits en dehors de tout permis, et avait reconnu avoir fait «des erreurs». Sur une surface totale de 3 000 m2, M. Diter avait fait construire notamment une piscine, un héliport et une route de 600 m2 tracée, tout aussi illégalement, dans un espace boisé classé.

Ce sont des voisins de l'homme d'affaires, aujourd'hui sexagénaire, qui avaient déposé les premières plaintes, après l'organisation dans le «château Diter» de tournages de grosses productions de films ou de séries télé et de nombreux mariages, à au moins 50 000 euros la soirée. «Au début c'était la maison familiale (...), j'ai été trop loin» s'était défendu M. Diter à l'audience, concédant l'organisation de 5 mariages par an «des Russes, des Indiens» mais beaucoup plus selon ses voisins. Ceux-ci se sont vu accorder un total de 45 000 euros de dommages et intérêts. La commune de Grasse a obtenu un euro symbolique pour son préjudice.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus: la course contre-la-montre

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite