Jardinage, véhicules interdits à Bruxelles: voici tout ce qui change le 1er avril

D.R.
D.R.

Voici les nouveautés de ce 1er avril.

Un taux de TVA réduit pour l’achat de plantes chez un entrepreneur de jardins

A partir du 1er avril, le taux de TVA est réduit à 6% lors de l’achat de plantes et de fleurs chez un entrepreneur de jardins, contre 21% actuellement. Jusqu’ici, ce taux réduit ne valait que lorsque le consommateur achetait ses plantes et fleurs directement chez l’horticulteur.

La mesure vise à mettre fin à une concurrence déloyale et à amenuiser les risques de marchés noirs. Un entrepreneur en travaux de jardinage devra dès lors scinder sa facture lors de l’aménagement d’un jardin, le reste de son tarif étant soumis à un taux de 21% de TVA.

Fin de la période transitoire pour les nouveaux véhicules interdits en Région bruxelloise

La période d’adaptation prévue pour les nouveaux véhicules interdits de circuler en Région bruxelloise prendra fin le 1er avril. Tout automobiliste circulant avec un véhicule interdit dans la zone basse émission s’exposera à des amendes.

Depuis le 1er janvier, les véhicules diesel de norme Euro 2 et les véhicules à essence Euro 0 et Euro 1 se sont ajoutés à la liste des véhicules déjà interdits dans la zone basse émission (LEZ) de la Région bruxelloise.

Le non-respect des critères d’accès à la zone entraîne une amende de 350 euros. Toutefois, une nouvelle amende ne peut être perçue que 3 mois après la précédente. Un maximum de 4 amendes par véhicule peut donc être octroyé, indique la Région bruxelloise.

Tous les véhicules sont concernés par la mesure. Pour tous les véhicules immatriculés à l’étranger, l’enregistrement est obligatoire via le site internet lez.brussels. Tout véhicule immatriculé à l’étranger entrant dans la zone sans être préalablement enregistré est passible d’une amende de 150 euros, même si le véhicule respecte les conditions d’accès de la LEZ, avertit la Région bruxelloise. Pour les véhicules immatriculés en Belgique, aucune démarche n’est nécessaire.

Gratuité du placement du compteur à budget pour les clients en défaut de paiement

En Wallonie, l’installation d’un compteur à budget, qui fonctionne par prépaiement de l’énergie via une carte rechargeable, sera aussi gratuite dès le 1er avril pour les clients qui ne parviennent pas à régler leur facture d’électricité.

Le compteur à budget fonctionne avec un système de prépaiement sur une carte rechargeable. Un tel compteur peut être installé sur base volontaire mais est plus généralement le résultat d’une contrainte.

Un compteur à budget coûte une centaine d’euros, sauf pour les clients protégés (revenu d’intégration sociale, allocation de personne handicapée,...), qui ne doivent rien débourser. Dès le 1er avril, ce sera également le cas pour les consommateurs déclarés en défaut de paiement par le fournisseur d’énergie, ceux dont la demande de placement est soutenue par le CPAS et ceux qui déménagent et disposaient déjà d’un tel compteur.

L’ensemble du personnel belge de Ryanair sera soumis au droit belge

Depuis le 31 janvier dernier, les pilotes et le personnel de cabine directement employés par la compagnie aérienne irlandaise bénéficiaient déjà de l’application du droit belge. Mais quelque 350 personnes travaillaient toujours pour Crewlink, un des sous-traitants de la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts, sous des conditions moins favorables. Les travailleurs concernés, qui sont basés dans leur grande majorité à Brussels Airport, se verront proposer de signer un contrat chez Ryanair-même entre le 1er avril et le 1er mai. Cela concerne aussi ceux qui sont actuellement employés par Workforce, autre société sous-traitante de la compagnie à bas coûts.

La question de l’application au personnel de Ryanair du droit social du pays dans lequel les travailleurs sont basés a fait l’objet d’un mouvement de grèves inédit pour la compagnie à bas coûts irlandaise, avec des actions en Belgique et dans plusieurs pays européens en 2018.

Un Allemand à la tête d’Audi Brussels

L’Allemand Volker Germann prendra la tête d’Audi Brussels, annonce la direction de l’usine basée à Forest. Il remplacera le Belge Patrick Danau qui occupait ce poste depuis le 1er mai 2014 et qui part à la pension.

Volker Germann était depuis 2016 directeur de production de l’usine Audi de Changchun, en Chine. Cela fait plus de 30 ans qu’il travaille pour Audi et Volkswagen.

Audi Brussels produit depuis septembre le tout premier modèle 100% électrique de la marque: l’e-tron. Cette production assure la présence de 2.500 travailleurs jusqu’en 2025.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite