Chez Equilis, la maison n’est pas un produit périmé

Equilis fait l’essentiel de son chiffre d’affaires dans le résidentiel. Avec la rénovation du Trône 100, le promoteur se lance aussi dans le bureau.
Equilis fait l’essentiel de son chiffre d’affaires dans le résidentiel. Avec la rénovation du Trône 100, le promoteur se lance aussi dans le bureau. - D.R.

Equilis a profité du Mipim de Cannes pour faire le point sur l’importante mutation qu’il a entreprise il y a déjà plusieurs années. Né avec le retail, domaine dans lequel il est arrivé à maturité avec la construction du centre commercial Docks Bruxsel, voilà aujourd’hui le promoteur-développeur carolo spécialisé en résidentiel, secteur qui représente désormais 70 % de son chiffre d’affaires.

Un coup d’œil aux projets en cours ou à venir (et ils sont nombreux) laisse apparaître une part non négligeable de constructions de… maisons. Une attitude qui peut sembler anachronique à une période où l’appartement est devenu le roi du marché. Pas pour Olivier Weets, le codirecteur du développement. « Aujourd’hui, il n’y a plus beaucoup de différences de prix entre une maison et un appartement, justifie-t-il. En province de Liège, la maison est même devenue moins chère. Il n’est plus rare de trouver une trois chambres avec combles aménageables pour le prix d’un appartement, sauf qu’on ne paye pas de charges communes et qu’on a les commodités liées à une maison, comme un parking, pas de voisins au-dessus de sa tête, plus de place pour emménager à plusieurs avec chien et chat… »

A Bouge, sur le site d’une ancienne sablonnière, Equilis construit ainsi un quartier mixte dont la particularité est qu’il comportera deux fois plus de maisons que d’appartements (110 contre 58). A Marbehan (avec Idelux), ce sont 45 maisons qui verront le jour. On note encore 22 maisons programmées à Arlon et 62 autres à l’Orée de Seumay à Perwez.

Pour Equilis, la maison n’est donc pas un produit périmé, au contraire. « De plus en plus de projets comprennent un mixe entre maisons et appartements et sont demandés par les communes elles-mêmes car elles veulent accueillir des familles, explique Olivier Weets. Pour l’investisseur, la maison peut être un excellent produit pour le futur, tout comme l’est l’appartement aujourd’hui. Bien sûr, on parle de maisons plus petites à des prix plus bas, de deux ou trois façades maximum, qui font 130 m2 habitables et avec un jardin qui ne dépasse pas les trois ares. »

Feu la quatre façades

Ce n’est pas une nouveauté : la villa quatre façades semble avoir vécu, sauf à de rares exceptions. Le promoteur le confirme sans détour. « Plus personne n’en veut. Beaucoup d’entreprises clé sur porte en construisent encore beaucoup, mais le marché est ailleurs. Chez Equilis, on en construira peut-être quelques-unes à l’avenir, mais seulement sur des terrains très bien situés et où l’exposition est idéale, sinon ça n’en vaut plus la peine. Il s’agira toujours d’exceptions. »

Un autre concept sur lequel le promoteur réfléchit est la maison-kangourou. « Il s’agit de demeures conçues à la base pour pouvoir être transformées plus tard en deux ou plusieurs unités, si la taille de la famille se réduit. Il y a des aménagements spécifiques à prévoir comme la cage d’escaliers sur le côté et des entrées séparées. Quand les enfants partent, on scinde l’ensemble et on peut le louer en partie. »

On le voit, l’immobilier du futur devra être toujours plus flexible. « Nous avons des dessins et des endroits où construire ces maisons-kangourous mais il est encore trop tôt pour en parler », explique Olivier Weets qui signale qu’Equilis serait peut-être prêt à faire un test grandeur nature.

Bien sûr, le carburant principal qui fera tourner le moteur du vaisseau de Gosselies est, et restera toujours, l’appartement. Les 390 logements prévus aux Papeteries de Genval, où sera bientôt donné le coup d’envoi de la troisième et dernière phase (156 appartements), sans doute le projet le plus emblématique d’Equilis, en sont une preuve cinglante. Les deux premières phases ont réalisé le carton plein au niveau des ventes. La commercialisation de la troisième a déjà franchi les 60 % alors que le premier bulldozer n’a pas encore été acheminé sur les lieux.

Retail ok, résidentiel ok, il ne manquait plus que le secteur du bureau comme plume à accrocher au chapeau de Carl Mestdagh, le patron d’Equilis. Ce sera bientôt chose faite avec le Trône 100, un immeuble de bureaux récemment acheté dans le quartier européen à Bruxelles et dont la rénovation (profonde) doit démarrer en juin. « Il s’agit d’une opportunité qui s’est présentée à nous, tient toutefois à relativiser Olivier Weets qui ne rejette pas l’idée d’en saisir d’autres à l’avenir. Pour cela, on doit engager une personne qui connaît bien le marché à Bruxelles, mais elle n’est pas facile à trouver. Et puis, voyons d’abord ce que donnera le Trône 100… »

Mais puisque l’appétit vient en mangeant…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite