L’appartement va jouer à domicile

En 2018, il s’est construit 37.800 appartements en Belgique. La maison est désormais loin derrière.
En 2018, il s’est construit 37.800 appartements en Belgique. La maison est désormais loin derrière. - alaiin dewez.

En football, on dirait que l’appartement bat la maison sur un score de forfait…

Sur la saison 2018, en effet, les statistiques sont très claires : il s’est construit sur le sol belge un peu moins de 40.000 appartements pour un peu plus de 22.500 maisons. Victoire sans appel.

Si l’on revoit les images (sans VAR) par région, le résultat du match est le même partout puisqu’on obtient 5.300 maisons pour 5.500 appartements construits en Wallonie, 17.400 maisons pour 30.800 appartements construits en Flandre et 81 maisons pour 1.500 appartements édifiés à Bruxelles.

Il n’y a donc plus match, comme disent les spécialistes de l’immobilier, en général assez férus de sport en tous genres (pas que de football). Mais cette différence dans le jeu existe en réalité depuis 2003. C’est, en effet, depuis cette époque que l’appartement joue pour ainsi dire toujours plus à domicile, sauf entre 2010 et 2011, période pendant laquelle la maison a réussi, pour une raison qu’on ignore, à faire match nul avec l’appartement.

Si l’on se penche sur l’avenir de ces deux segments du neuf en résidentiel, on constatera que le carton jaune adressé à la maison risque bien de se transformer en carton rouge, synonyme de relégation en deuxième division.

Le stop au béton qui privilégiera la construction de logements dans des zones de forte densité, le manque de terrains disponibles qui va aller crescendo ainsi que, signe des temps, la demande du citoyen qui se tourne toujours plus vers des logements plus modestes feront que l’appartement soulèvera la coupe à tous les coups.

Qui dit appartement, dit achat via une promotion immobilière. Tout profit pour les promoteurs de grands ensembles qui continueront à jouer en Ligue des champions.

La conséquence de cette domination est que le marché, en particulier celui dans les grandes villes (avec Bruxelles en haut de l’affiche), sera toujours plus un marché de locataires et non plus un marché de propriétaires. Un transfert dont on attend de voir les conséquences qu’il engendrera sur les prix.

On le sait, les investisseurs, véritables arbitres en la matière, sont toujours plus nombreux à trouver que les appartements sont des produits rentables pour leur portefeuille. On en voit même qui pointent le bout de leurs crampons dans les (rares) maisons qui sortent encore de terre dans des projets mixtes demandés par les communes…

Sur le même sujet
Matériaux de construction
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. « Le kern a approuvé un élargissement du tax shelter aux start up touchées par la crise du covid et permet au particulier qui y place son argent de bénéficier d’une réduction d’impôts de 30 ou 45% du montant. »

    Relance: comment mobiliser l’épargne des Belges?

  2. Christine Lagarde: «
Nous nous félicitons tout particulièrement de la proposition de la Commission européenne relative à un plan de relance
».

    La Banque centrale européenne allonge 600 milliards de plus

  3. A partir du 15 juin, les frontières entre pays européens seront ouvertes. Les douaniers français pouvant laisser passer notamment les ressortissants belges. Mais quid de celles avec les pays hors de l’Union
?

    L’UE se penche sur la potentielle réouverture de ses frontières extérieures

La chronique
  • Mort de George Floyd: quand l’injustice commence, la révolte commence

    Quand le pillage commence, la fusillade commence ».

    Ce tweet de Donald Trump, balancé quelques jours après l’agonie de George Floyd sur un trottoir de Minneapolis, fut signalé comme « glorifiant la violence » par son réseau social préféré.

    Si le vers (« When the looting starts, the shooting starts ») peut faire sursauter sur le compte officiel du Président des États-Unis d’Amérique, il n’est cependant pas de lui, mais d’un certain Walter E. Headley, un poète urbain, chef de la police de Miami dans les années 50-60…

    À l’époque, un vent de révolte soufflait sur les ghettos des grandes villes américaines. Mais dans la cité balnéaire de Floride, prisée par les retraités blancs et les mafiosi chassés de Cuba, le « Chief » Headley veillait au grain. Dans l’édition du Miami Herald du 17 décembre 1967, il expliqua que « de jeunes voyous de 15 à 21 ans » avaient « profité de la campagne des droits civiques pour semer le chaos », précisant qu’il n’y avait...

    Lire la suite

  • Mobiliser l’épargne des Belges: une idée séduisante… sur papier

    Mobiliser l’épargne des Belges ? Il y a comme un côté réjouissant dans la démarche. Comme un élan que l’on pourrait qualifier de citoyen, en ce qu’il viserait à étançonner un esquif économique dangereusement fragilisé par une tempête inédite.

    En ce qu’il viserait aussi, pourquoi pas, à le diriger vers des cieux plus dégagés, lui donnant les moyens de garder le cap vers un « monde d’après » que l’on espère meilleur que celui que nous sommes, peut-être, en train de quitter....

    Lire la suite