La Flandre fait barrage à organiser la COP26: «C’est la N-VA qui bloque», dénonce Jean-Luc Crucke

Jean-Luc Crucke © Photo News
Jean-Luc Crucke © Photo News

Le comité de concertation entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées a décidé mercredi de faire procéder à une étude sur l’organisation de la COP26, le sommet mondial pour le climat qui se déroulera en 2020. Son financement sera assuré par toutes les entités sauf la Flandre.

Cette étude est censée évaluer le coût et la faisabilité de l’organisation de la COP26 en Belgique. Malgré l’opposition de la Flandre, qui met en avant les coûts financiers d’une telle organisation, la Wallonie, Bruxelles et le fédéral affichent leur volonté d’avancer. Ce matin, par la voix du ministre-président Geert Bourgeois (N-VA), la Flandre a redit son opposition à l’idée défendue par le ministre wallon du Climat Jean-Luc Crucke (MR).

Cette étude sera financée par le fédéral, la Wallonie et Bruxelles. « Nous prenons acte du blocage de la Flandre. Grâce au soutien du Premier ministre et de Bruxelles, le point sera mis à l’ordre du jour du gouvernement fédéral », a déclaré Jean-Luc Crucke, à l’issue de la réunion du comité de concertation. Le ministre wallon, qui ne cache pas son incompréhension par rapport à l’attitude du gouvernement flamand, souligne que l’organisation de la COP26 pourrait très bien être organisée en Belgique, même sans le concours de la Flandre.

« La Flandre doit revenir à la raison »

Pour Jean-Luc Crucke, il y a un souci au Nord et particulièrement avec la N-VA.« L’argument du coût de l’organisation ne tient pas la route. Cela cache la frilosité extrême d’une partie de la Flandre à l’égard de la problématique climatique. C’est inquiétant. Rejeter une telle opportunité prouve décalage de certains par rapport à l’urgence. Une COP, c’est aussi un endroit où on expose des solutions. Où le secteur privé s’implique et se déplace. Peut-être que certains ont peur d’entendre ces solutions. »

Plus globalement, dit Crucke, « certains doivent comprendre que les plus volontaires et les plus ambitieux ne vont pas continuer à attendre et ne pas avancer parce qu’une entité ou un parti est de mauvaise humeur. C’est évidemment la N-VA qui bloque. Mais il faut que la Flandre revienne à la raison et qu’elle écoute sa population. La meilleure manière de réussir sur le dossier du climat, c’est d’éviter de le politiser. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite