Accueil Société Enseignement

«Enseigner, c’est ouvrir le débat, des livres, sa gueule...»

Le cabinet de la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns a dévoilé ce mercredi des spots pour susciter des vocations auprès des jeunes. L’ambition est de lutter contre la pénurie de profs.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Pourquoi pas prof ? » La campagne de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui sera diffusée à la radio, au cinéma et sur les réseaux sociaux à partir de ce vendredi, vise à séduire les jeunes comme les moins jeunes en reconversion professionnelle. Elle s’inscrit dans un plan plus global de la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns (CDH) de lutte contre la pénurie d’enseignants.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a déjà mis en place des mesures concrètes pour enrayer le manque de professeurs : les heures supplémentaires sur base volontaire rémunérées, l’encadrement pédagogique ou encore la valorisation salariale de dix années acquises en dehors de l’enseignement. Un monitoring va en outre tenter d’objectiver la pénurie de profs, tandis que le cabinet de la ministre réfléchit avec les syndicats à « mieux stabiliser les jeunes dans leurs premières années ». Du côté syndical, une des priorités absolues est la revalorisation salariale et des conditions de travail.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, dimanche 31 mars 2019, 21:28

    Enseigner c'est aussi courir le risque d'être accusé à tord par des parents défendant l'indéfendable chez leurs enfants et par suite, d'être non soutenu par la hiérarchie, comme cet enseignant français poussé au suicide!L'OBs, 31/03/2019.Ce qui se passe en France est vrai aussi chez nous! En outre, quelle fraction d'enseignants doit souscrire des assurances pour se prémunir contre les avocats en cas de recours contre des résultats scolaires, CEB, CE1D, y compris???

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 28 mars 2019, 22:28

    Pour enrayer la pénurie de profs, la FWB met en place des mesures concrètes et notamment : 1) l'encadrement pédagogique : il est difficile de croire en la compétence des enseignants s'ils doivent avoir un encadrement pédagogique! Le bon sens voudrait que des enseignants diplômés soient autonomes, eux qui doivent former les ados à cette même compétence! On ne peut apprendre à apprendre que si on sait le faire soi-même! Quand on MAÎTRISE le cours que l'on donne, on n'a pas besoin de trucs et de ficelles donnés par des gens qui prétendent posséder des techniques qui s'appliquent à tout c'est-à-dire à rien! En maths, on ne peut être capable de repérer les élèves en difficultés et les aider à les résoudre qu'en connaissant la théorie en profondeur pour pouvoir l'appliquer et savoir apporter à l'élève le POURQUOI et NON LE SIMPLE COMMENT! En maths, la question fondamentale est:" POURQUOI?" et celle-ci se trouve dans les définitions, lois, règles, théorèmes, axiomes, etc et non dans des TRUCS à "la pédagogue"!!! 2)la valorisation salariale de dix années acquises en dehors de l'enseignement! En dehors des cours techniques, quelles professions peuvent fournir , en nombre significatif, des enseignants de valeurs? Je connais, par expérience, des titulaires de cours de maths qui sont des personnes ayant quitté une banque, un poste financier, etc et c'est une catastrophe pour les élèves parce qu'il ne suffit pas d'avoir eu un cours de maths pendant ses études, pour être capable d'assurer un cours de maths formel dans le secondaire général! De même qu'il ne suffit pas d'avoir été hôtesse de l'air et parler l'anglais ou le néerlandais couramment, pour être capable de les enseigner, avec toute la progression et la rigueur nécessaire!Si vos enfants vivent ces situations, vous ne pouvez les ignorer tellement le préjudice est grand! Enfin des personnes qui quittent leur emploi pour entrer dans l'enseignement, pour des opportunités dont les financières ne seront, en général, que de piètres enseignants!!!Qui paiera la facture? Les enfants, nos, vos enfants!!!

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 28 mars 2019, 21:38

    Il est assez naïf de la part de la ministre de prétendre faire découvrir, aux élèves, un métier dont ils ont été les objets pendant 12 ans ,au moins, et qu'ils connaissent donc, sous tous ses aspects, mieux que quiconque.En outre, les élèves ont été témoins du mépris de profs depuis le début des travaux du pacte : les syndicats, les PO, les associations de parents ont été écoutés mais pas les profs! Or eux seuls connaissent le terrain!!!Enfin, elle ose dire que c'est un métier qui apporte de nombreuses possibilités d'emploi!!!Lesquelles???Elle en a montré une : la désertion pour la politique! Pas très convaincante pour exprimer une passion!!!

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 28 mars 2019, 20:52

    " Le manque de profs se fait principalement sentir en maths, en langues germaniques, en sciences et dans les pratiques professionnelles".Pour les trois premiers manques, je dis qu'ils sont évidents, qu'ils sont humains : ce sont des études dures, les élèves le SAVENT car, généralement, ils sont nombreux à être en échecs, ou à sa limite, dans ces cours dans le secondaire, même si ceux-ci ne sont pas de niveau élevé! Et cela aussi ils le sentent car même s'ils ont réussi ils réalisent qu'ils ne maîtrisent pas ces matières et par conséquent ne se sentent pas aptes à les poursuivre! De plus depuis 20 ans, l'école n'apprend plus à apprendre, à travailler, à réfléchir en profondeur, à fournir un EFFORT et cela aussi, les jeunes le savent et n'ont aucun courage de changer!Aucune campagne publicitaire de la ministre ne changera la perception de manque d'assurance des élèves.Le seul moyen EFFICACE serait de relever le niveau de ces cours et de leurs exigences dans le secondaire : c'est indispensable pour que les jeunes se sentent passionnés par ces matières : on ne peut l'être si l'on sent que ces cours ont demandé TRAVAIL ET EFFORT soit le triomphe de l'esprit sur la matière, au propre comme au figuré!!!Jamais un élève du secondaire ne se lancera dans des orientations pour lesquelles il n'a "rien foutu" et a tout de même réussi ou pour lesquelles il se sentait NUL!!!La cause est donc dans le NIVELLEMENT par le bas qui opère depuis 20 ans, nivellement ressenti par 80 % de la population comme l'a relaté le JT RTBF de ce soir, 27/03/2019.Les responsables sont donc les ministères de l'éducation successifs! C'est un comble : depuis 20 ans ils détruisent puis édictent, eux-mêmes, des solutions qui sont risibles pour RECONSTRUIRE.Quant au manque de profs de pratiques professionnelles, c'est encore les ministères qui sont responsables : depuis, plus de 20 ans, ils méprisent, par leurs mesures irréfléchies,, les écoles techniques et professionnelles et le pacte va encore accentuer ce mépris!!! Mais, dans le chef de la ministre, c'est le déni total!!!

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs