Deux enfants belges sont morts dans des camps en Syrie

© AFP
© AFP

Depuis la chute de Baghouz, dernier bastion de Daesh en Syrie, deux enfants belges sont décédés, selon Child Focus, écrit ce jeudi le journal flamand De Morgen. D’autres enfants sont blessés, notamment une petite fille de 4 ans dont le bras a dû être amputé. Sa famille demande à ce qu’elle puisse être rapatriée, étant donné les conditions de vie dans les camps kurdes.

La Belgique n’accueillera pas les femmes et les enfants de djihadistes belges morts en Syrie

L’un des enfants décédés est un bébé âgé d’un an et demi. Lorsqu’il est arrivé dans le camp kurde de Al-Hol avec sa mère N.M., il était malade et mal nourri. Il a donc été transféré dans un hôpital, sans sa mère. Selon la famille de N.M., les autorités kurdes ont annoncé son décès ce lundi matin. Pour le second enfant, aucune précision n’est donnée mais c’est la famille du père qui a alerté Child Focus. L’organisation est en contact avec les familles de 51 enfants de combattants de l’État islamique.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite