Accueil Société

Comment Tinder a fait de l’amour un grand supermarché

Judith Duportail, journaliste française, a enquêté durant quatre ans sur l’application de rencontres Tinder. Marchandisation de l’amour, empire de données personnelles, algorithme sexiste : « L’amour sous algorithme » lève le voile sur une entreprise opaque.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

La Française qui a défié Tinder. » Rien que ça. En une du Times, Judith Duportail affiche un immense sourire. Elle peut : son enquête sur l’« application la plus rentable de tout l’Apple Store » – 800 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2018 et 60 millions d’utilisateurs dans le monde – fait déjà le tour des médias. Pendant quatre ans, cette journaliste free-lance a en effet plongé son nez dans les secrets de fabrication de l’application de rencontres à laquelle elle était devenue accro. Quand elle finit par obtenir ses données personnelles, elle reçoit en effet un document de… 800 pages ! Qui reprend ses conversations avec ses 800 « matchs » (lire notre lexique, pour les novices), là où elle pensait avoir parlé à une cinquantaine d’hommes tout au plus…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Philippe Arnould, jeudi 28 mars 2019, 20:34

    En soi, Tinder cherche avant tout à optimiser les rencontres, à faire en sorte que les personnes qui ont plus de chances de matcher aient le plus de chances de se trouver. Il est peu probable qu'un mec ayant un certain profil se mette à liker des femmes d'un autre profil, il y a pas de raison de faire matcher. Et sérieusement, quand on sait à quel point Tinder est engagé, les soupçonner de patriarcat, c'est débile. Je pense surtout que cette dame est frustrée du fait que le système lui propose pas des mecs au moins 8/10 Je me souviens d'une étude sur les usages montrant que 80% des femmes ne likaient pas sous les mecs 8/10, là où les hommes tendent à liker les femmes de niveau au moins équivalent.

  • Posté par Bourgeois Sabine, vendredi 29 mars 2019, 9:22

    l'amour et la sexualité ne font pas bon ménage avec "l'optimisation" et les "like" ..

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs