Le PTB veut récupérer 1,5 million de dotation

©Belga
©Belga

Raoul Hedebouw, le porte-parole du PTB et député fédéral, en est convaincu : la N-VA et le VLD se sont ligués pour empêcher son parti de s’étendre en Flandre en lui coupant les vivres. Les faits présentent effectivement des éléments troublants. Comme mardi, lorsque la Commission de contrôle des dépenses électorales prive le PTB d’une dotation de 1,5 million d’euros due, estime le parti, pour les voix néerlandophones recueillies aux élections de 2014.

Chaque parti bénéficie en effet d’une dotation forfaitaire, mais un complément peut lui être accordé pour les voix obtenues, dans ce cas-ci, dans l’autre Communauté. Le PTB estimait pouvoir y prétendre parce qu’il est une formation nationale, présente sur tout le territoire, et qu’il a obtenu des voix en Flandre.

La Commission de la Chambre a justifié sa décision : le parti n’aurait pas présenté de listes partout en Flandre, il n’aurait pas utilisé le même sigle, il n’a pas obtenu d’élu et il ne s’est pas présenté sous un numéro national. Hedebouw s’étrangle : « Le nom sous lequel on s’est présentés en Flandre est la traduction de notre nom français. » Il ajoute que la loi ne prévoit pas qu’il faut se présenter dans toutes les circonscriptions flamandes pour pouvoir bénéficier de la dotation, et encore moins y obtenir un élu. Et la loi ne permet pas au PTB de se présenter sous un numéro national.

► Nos informations sont à lire sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous