Pliskova et Barty passent entre les gouttes au tournoi de Miami

@EPA
@EPA

La Tchèque Karolina Pliskova, 7e mondiale, et l’Australienne Ashleigh Barty (11e) ont du prendre leur mal en patience et se jouer des caprices de la météo jeudi pour se hisser en finale du tournoi WTA de Miami.

Elles ont remporté chacune leur demi-finale en deux sets et ont passé sensiblement le même temps sur le court (75 minutes pour Pliskova, 78 pour Barty).

Mais elles ont toutes deux terminé la journée épuisées, physiquement et surtout mentalement, car leurs matchs ont été interrompus à plusieurs reprises, et longuement, par de violentes averses.

Pliskova a ainsi terminé son duel contre la N.3 mondiale Simona Halep (7-5, 6-1) à 01h15 locale (06h15 françaises).

La dernière interruption est intervenue alors qu’elle menait 5-0 dans le second set et qu’elle était au bord de la qualification.

A son retour sur le court, alors qu’elle aurait pu gamberger pendant cette énième pause forcée, l’ancienne N.1 mondiale, finaliste de l’US Open 2016, a gardé son calme et concrétisé rapidement sa domination.

« Ce n’était pas facile d’attendre pendant aussi longtemps, mais je suis parvenue à rester agressive pendant tout le match », a-t-elle constaté.

Face à l’une de ses meilleures amies sur le circuit qui l’avait toujours battue sur ciment, Pliskova a fait la différence grâce à son service (71 % de premières balles, 5 aces).

« J’ai commencé à mieux jouer une fois que j’ai fait le break, cela m’a donné confiance (…) Chaque match contre Simona est dur. Il a fallu se battre contre elle et contre les conditions », a-t-elle souligné.

Barty et le cricket

Avec cette défaite, Halep a de son côté laissé passer l’occasion de reprendre la place de N.1 mondiale.

Elle va tout de même grappiller une place au classement WTA (2e) et comptera moins de 300 points de retard sur la Japonaise Naomi Osaka qui l’avait délogée de la première place mondiale fin janvier après son sacre à l’Open d’Australie.

En finale samedi, Pliskova, en quête de son 13e titre, son 2e de l’année après Brisbane en janvier, sera opposée à une revenante.

Barty, 22 ans, avait en effet mis un terme à une carrière prometteuse fin 2014 pour rejoindre une équipe professionnelle de… cricket, l’un des sports-roi en Australie.

Revenue au tennis en 2016, elle a d’abord collectionné les victoires en double avec sa compatriote Casey Dellacqua, puis avec l’Américaine CoCo Vandeweghe, avec qui elle a remporté l’US Open 2018.

Elle a explosé en simple cette année en atteignant devant son public les quarts de finale de l’Open d’Australie en janvier.

En quarts de finale à Miami, elle a éliminé la N.2 mondiale Petra Kvitova et peut maintenant décrocher le titre le plus important sa carrière après son succès contre l’Estonienne Anett Kontaveit (19e) 6-3, 6-3 en demies.

« La journée a été très longue, il a fallu boire du café », a-t-elle expliqué.

« Je joue bien, puisque je suis arrivée en finale, je vais donc essayer de profiter au maximum du fait de me retrouver en finale », a assuré Barty, assurée de rentrer dans le top 10 mondial lundi.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • «
Vous entendez Paris
? Je suis de retour
», semble dire Rafael Nadal

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Rome: Rafael Nadal enfin sacré et au meilleur moment!

  • Une rareté sur le circuit
: Federer qui renonce.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    ATP Rome: Roger Federer, le principe de précaution

  • David Goffin s’estimait désavantagé par les conditions de jeu très difficiles de ce jeudi à Rome, face à un joueur qu’il aurait dû pouvoir faire bouger pour avoir une chance de le battre.

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    David Goffin: «Aujourd’hui, c’était un peu le test ultime…»

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite