Un temps additionnel maudit au PSG: après les hommes, ce sont les femmes qui craquent en fin de rencontre de Ligue des champions

@News
@News

L’année de « son » Mondial, la France ne comptera qu’un seul représentant dans le dernier carré de la C1, pour la deuxième année consécutive : Lyon, qui vise le 18 mai à Budapest un quatrième titre consécutif et qui affrontera les Blues en demi.

Il n’a manqué que quelques minutes pour que le PSG, deux fois finaliste malheureux (2015 et 2017), rejoigne l’OL pour une demi-finale explosive entre les deux moteurs du foot féminin hexagonal.

Après la défaite 2-0 de l’aller, le club de la capitale a cru très fort en son exploit au stade Jean-Bouin, à l’ombre du Parc des Princes où les garçons ont subi la pression de l’enjeu plus tôt dans le mois contre Manchester United, craquant à la 90e+3.

Sa jeunesse (24 ans de moyenne au coup d’envoi, en enlevant la Brésilienne Formiga, 41 ans, contre presque 27 pour Chelsea) l’a poussé pour jouer ce match de manière désinhibée, à l’image de l’ailière Kadidiatou Diani (23 ans), très en vue.

Mais c’est elle aussi qui a pesé au moment de se montrer tranchant face au but, comme pour Marie-Antoinette Katoto (20 ans), trop timide, et l’a fait flancher en fin de match quand les Parisiennes, qui tenaient la prolongation, ont trop reculé pour laisser une chance aux Anglaises.

C’est Maren Mjelde (90e+1) qui a assommé les rêves des locales, sur la seule occasion anglaise du match, en profitant d’une erreur d’inattention de la défense parisienne. Ayant concédé le 2e but à la 88e en Angleterre, les Parisiennes regretteront leurs fins de matches ratées.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite