Prévot sur le départ de Milquet: «C’est une tuile, mais je m’efforce d’être un bon ardoisier»

© Belga
© Belga

Ce vendredi, les partis doivent à déposer leur liste pour les élections du 26 mai. Or, une nouvelle « tuile » vient rebattre les cartes du CDH, déjà dans la tourmente. Joelle Milquet a annoncé hier qu’elle renonçait finalement à être la tête de liste à la Chambre. Un rebondissement que le président du CDH n’a pas vu venir.

► Elections 2019: Georges Dallemagne remplace Joëlle Milquet, tête de liste CDH à la Chambre

« Je ne m’y attendais pas mais je suis heureux pour Joëlle. Tout le monde sait bien qu’elle avait pris un peu de recul ces dernières années. Si sa flamme pour l’engagement politique est toujours présente, (…) je comprends aussi l’Européenne convaincue qu’est Joëlle », a affirmé Maxime Prévot ce jeudi matin sur la Première.

Un nouveau coup dur

« Si j’ai recontacté Joëlle, c’est parce que je suis entièrement convaincu qu’elle conserve un potentiel de sympathie gigantesque sur Bruxelles », a indiqué le président du parti tout en affirmant qu’elle « ne les abandonne pas ». Joëlle Milquet avait recueilli 19.000 voix à Bruxelles aux élections fédérales de 2014.

Le député Dimitri Fourny (CDH) inculpé pour fraude électorale

« Je suis un bon ardoisier »

Malgré les difficultés actuelles, le président reste confiant quant à l’avenir du parti à moins de deux mois des élections.

« Je ne suis pas un homme de regret mais un homme de défi. On a de l’enthousiasme à pouvoir revendre même si la zone de turbulence qu’on vient de traverser ne doit pas être niée », a affirmé Maxime Prévot.

« Le départ de Joëlle Milquet est certainement une tuile, mais je suis un bon ardoisier », sourit le bourgmestre de Namur, déterminé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite