Un derby barcelonais pour lancer le sprint final en Espagne

@News
@News

À dix matches du terme, le leader Barcelone accueille l’Espanyol pour un bouillant derby catalan qui lance la dernière ligne droite du championnat d’Espagne, samedi pour la 29e journée. Et mis à part la course au titre, probablement pliée, les enjeux restent nombreux.

Avant ce week-end, le Barça (1er, 66 pts) dispose d’un confortable matelas de dix points sur l’Atlético (2e, 56 pts), douze sur le Real Madrid (3e, 54 pts). De quoi filer, sauf effondrement inédit, vers son 26e titre de champion d’Espagne.

De quoi faire tourner, aussi, pour préparer au mieux le quart de finale de Ligue des champions contre Manchester United (10 et 16 avril), d’autant qu’un rude enchaînement attend les Catalans : derby samedi, déplacement à Villarreal mardi prochain en Liga, puis choc contre l’Atlético au Camp Nou samedi 6 avril.

Bref, dans le duel toujours rugueux face à l’Espanyol samedi après-midi, il faudra voir si l’entraîneur Ernesto Valverde prend des risques avec ses stars Lionel Messi, Luis Suarez et Ousmane Dembélé, qui ont chacun fait un détour par l’infirmerie ces derniers jours.

Le capitaine Messi a manqué un match de la sélection argentine mardi au Maroc (0-1) en raison de douleurs au pubis. Mais le meilleur buteur de Liga (29 buts) a repris l’entraînement mercredi.

Quant à Suarez (entorse d’une cheville) et Dembélé (déchirure musculaire), ils sont encore convalescents et ne devraient en principe pas réapparaître avant début avril.

Pendant ce temps, la course aux places européennes bat son plein en tête de classement : l’Atlético se déplace samedi sur le terrain d’Alavés, puis le Real de Zinédine Zidane reçoit dimanche Huesca pour tenter de consolider sa place sur le podium.

La quatrième place, la dernière qualificative pour la Ligue des champions, est pour l’instant occupée par l’inattendu Getafe (4e, 46 pts) mais les prétendants sont nombreux : Alavés (5e, 44 pts), Séville (6e, 43 pts), Valence (7e, 40 pts)… A cet égard, le choc Séville-Valence dimanche vaut très cher.

Et en bas de tableau, le sprint final s’annonce crispant pour le Celta Vigo (18e, 25 pts), le Rayo Vallecano (19e, 23 pts) et la lanterne rouge Huesca (20e, 22 pts), qui compte sept longueurs de retard sur le premier non-relégable Villarreal (17e, 29 pts).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 10824932-027

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    Mouscron rayonne et peut faire très mal

  • @Belga

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le paradoxe Ryota Morioka à Charleroi

  • @News

    Par François Laurent

    Ligue des Champions

    Eden Hazard est prêt pour l’Europe

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite