Johnny Hallyday était-il un résident français ou américain? Les éléments étudiés par le tribunal ce vendredi

Johnny Hallyday était-il un résident français ou américain? Les éléments étudiés par le tribunal ce vendredi

L’audience de ce vendredi 29 mars dans le cadre de la bataille dans la succession de Johnny Hallyday qui oppose Laeticia à David et Laura était déterminante. Si le chanteur est reconnu comme résident français, cela signifiera une victoire pour ses deux enfants aînés. Mais la décision du tribunal ne sera rendue que le 28 mai à 13h30. L’issue de ce procès permettra de décider si c’est le droit américain ou le droit français qui doit s’appliquer dans le cadre de la succession.

Selon le règlement européen du 4 juillet 2012, il appartient au juge de « procéder à une évaluation d’ensemble des circonstances de la vie du défunt au cours des années précédant son décès et au moment de son décès », a rappelé le tribunal de Nanterre, qui a examiné plusieurs éléments ce vendredi afin de prendre sa décision.

1

Johnny Hallyday passait beaucoup de temps en France

La résidence principale de Johnny était certes à Los Angeles mais il séjournait régulièrement en France dans sa propriété à Marnes-la-Coquette et sur l’île de Saint-Barthélémy. Me Arnaud Albou, l’un des avocats de Laeticia est formel, intervient, tableau à l’appui : « En 2015, il a passé 188 jours aux États-Unis contre 158 en France. Et en 2016, 195 jours aux États-Unis contre 168 en France. »

2

Le couple, détenteur d’une carte verte, n’a jamais fait la demande pour obtenir la nationalité américaine

Là encore, Me Albou a trouvé une explication. « Il voulait obtenir la nationalité américaine. C’était l’un de ses vœux les plus chers », a insisté l’avocat, avant de rappeler que le chanteur devait attendre légalement 5 ans après avoir obtenu sa carte verte, soit 2019.

3

Johnny Hallyday voulait mourir en France

Me Arnaud Albou est formel : « La France ne constituait absolument pas le centre de ses intérêts professionnels et personnels lors de ses dix dernières années. Johnny Hallyday n’aimait pas particulièrement l’état d’esprit des Français (…) Johnny Hallyday ne comptait pas mourir en France. Il a fait le choix de suivre un nouveau traitement en France mais il n’avait qu’une envie : rentrer aux États-Unis. Et jamais, il n’a demandé d’hommage national ».

4

Une carrière et une vie essentiellement en France

Me Emmanuel Ravannas, l’avocat de Laura Smet, fait remarquer que la carrière de Johnny Hallyday s’est essentiellement construite en France, tout comme sa vie personnelle. « Il n’y a que des Français dans ce dossier. Sa carrière professionnelle avec 90 % de ses disques vendus en France. Ce qui ne veut pas dire que les 10 % restants se vendent aux États-Unis. La vie personnelle et des histoires d’amour qui durent plus ou moins longtemps. L’adoption de ses filles Jade et Joy, qui a eu lieu devant un juge français ».

5

Aux États-Unis, Jade et Joy, leurs filles, font leurs études dans un lycée français

Les avocats de Laetitia soutiennent que Jade et Joy sont inscrites au lycée français depuis 2017, ce que dément le clan adverse. Isabelle Fleuret, avocate spécialiste des successions qui plaide pour le clan Laura et David, fait remarquer que « si Johnny se considérait comme Américain, il choisit un lycée français pour ses filles et non une école américaine. Jade et Joy suivent le programme scolaire en français et peuvent ainsi faire appel à des précepteurs quand ils sont en France. On nous dit aussi qu’elles étaient en permanence au lycée de Los Angeles en 2017 et 2018. Or, on sait qu’elles étaient en France en septembre 2017, quand leur père était soigné et jusqu’à sa mort en décembre. Ensuite elles sont parties à Saint-Barthelemy, elles ont été inscrites dans une école pendant plusieurs semaines ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite