Pas de dotation pour la princesse Elisabeth envisagée dans l’immédiat

Pas de dotation pour la princesse Elisabeth envisagée dans l’immédiat

La princesse Elisabeth ne devrait pas disposer d’une dotation avant plusieurs années, alors que ses parents, les souverains Philippe et Mathilde, souhaitent que la future reine termine d’abord ses études dans la sérénité, rapportent La Dernière Heure, De Morgen et Het Laatste Nieuws samedi.

Le 25 octobre prochain, Elisabeth sera majeure et, en tant que successeur au trône, elle pourrait alors prétendre à une dotation (évaluée à 2.500 euros par jour).

Toutefois, «  une dotation n’est pas d’actualité. Il n’en est même pas question au palais », a indiqué cette semaine l’entourage de la couronne lors du voyage en Corée du Sud. Philippe et Mathilde ne veulent pas encore perturber leur fille avec les charges qu’entraîne une dotation. Elisabeth devrait en effet disposer de sa propre maison avec des collaborateurs chargés de tenir un agenda. La Princesse devrait organiser une série d’activités officielles, dont le bénéficiaire d’une dotation doit pouvoir justifier chaque année auprès du Parlement. Et elle devrait soumettre à la Cour des comptes un aperçu de ses dépenses.

Une période d’études normale

Le Roi et la Reine souhaitent dès lors qu’Elisabeth mène une période d’études normale. La tradition veut en outre qu’un membre de la famille royale suive une formation militaire. Il est donc possible qu’Elisabeth soit envoyée à l’École royale militaire et suive à l’étranger une formation militaire complémentaire. Ce n’est certes pas compatible avec les exigences d’une dotation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite