Pas de dotation pour la princesse Elisabeth envisagée dans l’immédiat

Pas de dotation pour la princesse Elisabeth envisagée dans l’immédiat

La princesse Elisabeth ne devrait pas disposer d’une dotation avant plusieurs années, alors que ses parents, les souverains Philippe et Mathilde, souhaitent que la future reine termine d’abord ses études dans la sérénité, rapportent La Dernière Heure, De Morgen et Het Laatste Nieuws samedi.

Le 25 octobre prochain, Elisabeth sera majeure et, en tant que successeur au trône, elle pourrait alors prétendre à une dotation (évaluée à 2.500 euros par jour).

Toutefois, «  une dotation n’est pas d’actualité. Il n’en est même pas question au palais », a indiqué cette semaine l’entourage de la couronne lors du voyage en Corée du Sud. Philippe et Mathilde ne veulent pas encore perturber leur fille avec les charges qu’entraîne une dotation. Elisabeth devrait en effet disposer de sa propre maison avec des collaborateurs chargés de tenir un agenda. La Princesse devrait organiser une série d’activités officielles, dont le bénéficiaire d’une dotation doit pouvoir justifier chaque année auprès du Parlement. Et elle devrait soumettre à la Cour des comptes un aperçu de ses dépenses.

Une période d’études normale

Le Roi et la Reine souhaitent dès lors qu’Elisabeth mène une période d’études normale. La tradition veut en outre qu’un membre de la famille royale suive une formation militaire. Il est donc possible qu’Elisabeth soit envoyée à l’École royale militaire et suive à l’étranger une formation militaire complémentaire. Ce n’est certes pas compatible avec les exigences d’une dotation.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite