Manifestations massives attendues à Gaza pour un anniversaire à risque, déjà un Palestinien tué

Manifestations massives attendues à Gaza pour un anniversaire à risque, déjà un Palestinien tué

Un Palestinien a été tué samedi matin par des tirs israéliens alors qu’il manifestait à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, a indiqué le ministère de la Santé du Hamas dans un communiqué.

Mohammed Saad, âgé de 20 ans, a été touché par des éclats de tirs à la tête alors qu’il participait, à l’est de la ville de Gaza, aux manifestations qui marquent samedi le premier anniversaire des « Marches du retour ».

Manifestation en masse prévue

Les Palestiniens sont appelés à manifester en masse samedi à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, un an après le début d’une mobilisation contre le blocus israélien, au risque d’une escalade avec l’Etat hébreu qui a multiplié les mises en garde.

La tenue d’élections législatives en Israël le 9 avril ajoute à l’incertitude ambiante concernant ce premier anniversaire des « Marches du retour », qui ont fortement contribué à de vives tensions depuis le 30 mars 2018.

Samedi, des dizaines de milliers de Palestiniens devraient se rassembler en différents points le long de la barrière, lourdement gardée par l’armée israélienne et hermétique, qui court le long de la frontière avec Israël.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite