Earth Hour: extinction générale des lumières samedi pour la planète (vidéo)

De Sydney à Dubai avant Rio ou Mexico, Earth Hour, opération désormais rituelle d’extinction des lumières, viendra rappeler samedi l’impact de nos dépenses énergétiques sur le climat et le rôle de la nature dans notre survie, souligne le WWF.

Shanghai Tower, Victoria Harbour à Hong Kong, tour Burj Khalifa de Dubai, place Rouge, Acropole, tour Eiffel, pyramides égyptiennes, basilique Saint-Pierre, Big Ben, Christ de Rio, siège de l’ONU à New York... d’innombrables sites, monuments et bâtiments vont les uns après les autres éteindre leurs feux entre 20h30 et 21h30 locales, au fil des fuseaux horaires. Exceptionnellement l’Atomium, à Bruxelles, ne participera pas à l’événement.

Organisée par le WWF, cette mobilisation citoyenne, qui propose aussi à tout un chacun de faire la même chose, célèbre sa 13e édition.

7.000 villes éteintes l’année dernière

En 2007, Sydney lançait cette opération inédite, pendant toute une heure, destinée à interpeller les pouvoirs publics. Depuis le mouvement a pris dans le monde entier, tandis que le réchauffement climatique s’accentue sous l’effet de gaz à effet de serre à des niveaux d’émissions et de concentration record.

L’an dernier, près de 7.000 villes de 187 pays ont éteint leurs édifices emblématiques, de Singapour à Honolulu, en passant par Sydney, Moscou, ou Washington, indique le WWF.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite