Affaire Khashoggi: des membres du commando saoudien avaient été formés aux Etats-Unis

© Reuters
© Reuters

Des membres du commando saoudien qui a tué le journaliste Jamal Khashoggi avaient participé à une formation aux Etats-Unis, a rapporté le Washington Post qui dévoile également de nouveaux éléments sur le décès de son ancien chroniqueur.

Critique du régime, l’intellectuel saoudien qui résidait aux Etats-Unis a été tué et démembré le 2 octobre par un commando de 15 agents saoudiens venu de Ryad dans le consulat de son pays à Istanbul. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Après avoir nié le meurtre, l’Arabie saoudite a évoqué une opération menée par des éléments «hors de contrôle» et qui aurait dégénéré. Le procès de onze suspects s’est ouvert en début d’année devant la justice saoudienne.

Mais des zones d’ombre persistent, à commencer par le rôle du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, considéré comme «responsable» du meurtre par le Sénat américain -qui a reçu un compte-rendu à huis clos de la CIA- mais que l’administration de Donald Trump refuse de mettre publiquement en cause.

Selon l’éditorialiste du Washington Post David Ignatius, «un Saoudien qui a attentivement lu la retranscription d’un enregistrement audio», réalisé grâce à un micro placé par les services turcs dans le consulat, lui a rapporté que le commando avait l’intention d’enlever Jamal Khashoggi pour le ramener en Arabie saoudite et l’interroger. Mais cette source saoudienne a ajouté, évoquant une note dans la retranscription, que le journaliste avait reçu une injection, «probablement un puissant sédatif», avant qu’un sac soit placé sur sa tête.

«Je ne peux pas respirer. J’ai de l’asthme. Ne faites pas ça», peut-on entendre crier Jamal Khashoggi juste avant sa mort, selon ce verbatim cité par cette même source saoudienne dans le quotidien.

Selon David Ignatius, qui dit avoir interrogé plus d’une dizaine de sources américaines et saoudiennes sous couvert de l’anonymat, certains membres de ce «groupe d’intervention rapide» mis en place par les services saoudiens et dépêché à Istanbul avaient «reçu une formation aux Etats-Unis».

«La CIA a fait savoir aux autres agences gouvernementales que cette formation aux opérations spéciales pourrait avoir en partie été réalisée par Tier 1 Group, une société de l’Arkansas, sous une licence du département d’Etat américain», ajoute le quotidien.

«Cette formation a eu lieu avant la mort de Khashoggi» et «n’a pas repris depuis», précise-t-il, assurant que plusieurs autres échanges sécuritaires entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite sont en suspens depuis le meurtre.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite