WTA Miami: l’Australienne Ashleigh Barty s’impose en finale face à Karolina Pliskova (vidéos)

©EPA
©EPA

L’Australienne Ashleigh Barty, 11e mondiale, a remporté samedi le tournoi de Miami. Barty, 22 ans, a dominé en finale la Tchèque Karolina Pliskova, 7e mondiale, 7-6 (7/1), après une heure et 40 minutes de jeu. Elle compte désormais quatre titres à son palmarès et va faire lundi, pour la première fois de sa carrière, son entrée dans le top 10 mondial (9e).

Barty avait pourtant mal débuté la septième finale de sa carrière, puisque Pliskova, 7e mondiale, avait pris d’entrée son service pour mener 3-1.

Mais l’Australienne a vite retrouvé ses esprits et son service (15 aces), tandis que Pliskova multipliait les fautes directes et n’avait pas son rendement habituel sur sa mise en jeu (6 aces, 2 double-fautes), son principal atout. Barty a ainsi survolé le jeu décisif de la premième manche, grâce notamment à une amortie gagnante et trois fautes grossières consécutives de Pliskova.

Elle a débuté la seconde manche en prenant à nouveau le service de Pliskova après douze minutes d’effort, un break qui a définitivement écœuré la Tchèque.

L’Australienne a un parcours atypique. Ancienne prodige du tennis féminin, lauréate à 15 ans de titre juniors à Wimbledon, elle a abandonné le tennis en 2015 pour devenir joueuse professionnel de cricket dans son pays.

Elle est revenue sur les courts de tennis durant la saison 2016 et a d’abord collectionné les victoires en double avec sa compatriote Casey Dellacqua, puis avec l’Américaine CoCo Vandeweghe, avec qui elle a remporté l’US Open 2018.

Elle a explosé en simple en janvier 2019 devant son public avec une finale, perdue, à Sydney et un quart de finale à Melbourne pour l’Open d’Australie. Avec le titre de Barty, les 14 premiers tournois de l’année ont été remportés par 14 joueuses différentes, du jamais-vu dans l’histoire du circuit féminin.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite