Italie: des milliers de femmes dans les rues de Vérone contre les «idées rétrogrades» du congrès des familles (photos)

Des milliers de femmes venues d’Italie et de toute l’Europe sont descendues dans la rue samedi à Vérone pour protester contre les «idées rétrogrades» du Congrès mondial des familles, réunion de militants ultra-conservateurs, anti-avortement et défenseurs d’un modèle familial traditionnel.

Le cortège pacifique et multicolore, estimé à 20.000 personnes, a sillonné dans l’après-midi le centre ville pour dénoncer les thèses défendues par les congressistes réunis dans la cité de Vénétie (nord-est) pour cette réunion qui fracture la majorité au pouvoir en Italie formée par la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème).

A l’initiative du mouvement féministe «Non una di Meno» ("Pas une de Moins"), un flash mob (rassemblement éclair) avait eu lieu un peu plus tôt à proximité du bâtiment où se déroulent les débats. L’édifice est entouré par un important dispositif des forces de l’ordre pour empêcher d’éventuels affrontements.

Des militantes venues d’Espagne, d’Allemagne, de Croatie, de Suisse, de Grande-Bretagne, de Pologne ont entonné des chants, fustigeant idées «anachroniques, discriminatoires, rétrogrades et homophobes». Certaines brandissaient une banderole sur laquelle était écrit: «Pour nos corps et nos désirs, c’est nous qui décidons».

«Ici à Vérone, des lobbies internationaux comme ce Congrès mondial et des groupes néolibéraux veulent imposer le modèle selon lequel chaque homme doit avoir une femme», a déclaré à l’AFP l’Argentine Marta Dillon, fondatrice de «Pas une de Moins». «C’est pourquoi ils se battent pour une famille fermée qui est une machine à violence», a-t-elle ajouté.

Inauguré en 1997 par l’Américain Brian Brown, président de l’Organisation internationale de la famille, le congrès mondial réunit chaque année depuis 2012 les défenseurs de la famille traditionnelle. Son credo: «affirmer, célébrer et défendre la famille naturelle comme seule unité fondamentale et durable de la société».

Les précédentes éditions ont eu lieu l’an dernier en Moldavie, sous le patronage du président moldave Igor Dodon, présent à Vérone, et en 2017 à Budapest avec la participation du Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite