A partir de lundi, les enfants sans vie pourront être déclarés dès 140 jours de grossesse

© Alto Press
© Alto Press

A partir de ce dimanche 31 mars, lundi dans la pratique, il sera possible de reconnaître officiellement un enfant né sans vie dès 140 jours de grossesse, au lieu de 180 auparavant.

Adoptée en décembre dernier, la réforme avait été dénoncée par ceux qui y voient une menace pour le droit à l’avortement et le droit des femmes à disposer de leur corps.

Samedi, le ministre Koen Geens a salué cette évolution alors qu’il présentait à Louvain les mesures de numérisation de l’état civil. «  J’ai reçu de nombreuses réactions de la part de parents qui sollicitaient cette reconnaissance et je les comprends. Ils méritent la reconnaissance de leur chagrin afin de poursuivre leur deuil. A partir de lundi, les parents pourront donner à leur enfant une place claire et reconnue dans leur vie », a-t-il déclaré.

Jusqu’ici, la reconnaissance de l’enfant sans vie s’exprimait à partir de 180 jours (6 mois) après la fécondation, moyennant un acte, obligatoire, de déclaration d’enfant sans vie, pouvant mentionner, à la demande des intéressés, le prénom de l’enfant. Celui-ci était ensuite inscrit au registre communal des décès.

Dorénavant, avec la nouvelle loi, un acte d’enfant sans vie pourra être établi, avec l’inscription du prénom, à la demande de la mère, du père ou de la coparente mariés ou auteurs d’une reconnaissance prénatale, à partir de 140 jours (20 semaines). Les pères et coparentes non mariés, et qui n’ont pas reconnu la conception, pourront également demander l’établissement d’un tel acte, cette fois avec le consentement de la mère.

Une période transitoire d’un an permet à celles et ceux qui ont vécu le drame d’une grossesse non aboutie dans un temps passé de bénéficier également de la nouvelle loi.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite