La Corée du Nord qualifie d’ «attaque terroriste» le raid contre son ambassade à Madrid

©AFP
©AFP

Pyongyang a dénoncé dimanche le raid mené le mois dernier contre son ambassade à Madrid, et qui a été revendiqué par un mystérieux groupe d’opposants, comme étant une «  grave attaque terroriste », selon un communiqué relayé par l’agence officielle KCNA.

La représentation diplomatique nord-coréenne avait été attaquée le 22 février par un commando, quelques jours avant le second sommet, à Hanoï, entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Les Etats-Unis accusés

Après des semaines de mutisme total, un juge d’instruction espagnol a dévoilé mardi une foule de détails sur cet assaut et le commando l’ayant perpétré, dont plusieurs membres font l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Dans la foulée, le groupe Défense civile Cheollima (DCC) a revendiqué ce raid expliquant vouloir mettre en lumière les activités «illégales» des représentations diplomatiques de Pyongyang à l’étranger.

Mort d’un étudiant américain: Donald Trump tient la Corée du Nord responsable

Dans sa première réaction officielle, la Corée du Nord évoque dimanche une possible implication des Etats-Unis dans ce raid et exhorte les autorités espagnoles à traduire «en justice les terroristes et ceux qui tirent les ficelles».

« Une grave attaque terroriste »

«Nous attendons des autorités compétentes en Espagne (...) qu’elles mènent l’enquête sur cet incident jusqu’au bout et de façon responsable », a déclaré dans un communiqué relayé par l’agence officielle KCNA un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

La justice espagnole a indiqué que le chef présumé du commando était un certain Adrian Hong Chang, de nationalité mexicaine mais résidant aux Etats-Unis.

Elle a indiqué que cinq jours après l’assaut, Hong Chang était «entré en contact avec le FBI» à New York «afin de lui remettre des informations relatives à l’incident (...) ainsi que du matériel audiovisuel obtenu».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite