La Corée du Nord qualifie d’ «attaque terroriste» le raid contre son ambassade à Madrid

©AFP
©AFP

Pyongyang a dénoncé dimanche le raid mené le mois dernier contre son ambassade à Madrid, et qui a été revendiqué par un mystérieux groupe d’opposants, comme étant une «  grave attaque terroriste », selon un communiqué relayé par l’agence officielle KCNA.

La représentation diplomatique nord-coréenne avait été attaquée le 22 février par un commando, quelques jours avant le second sommet, à Hanoï, entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Les Etats-Unis accusés

Après des semaines de mutisme total, un juge d’instruction espagnol a dévoilé mardi une foule de détails sur cet assaut et le commando l’ayant perpétré, dont plusieurs membres font l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Dans la foulée, le groupe Défense civile Cheollima (DCC) a revendiqué ce raid expliquant vouloir mettre en lumière les activités «illégales» des représentations diplomatiques de Pyongyang à l’étranger.

Mort d’un étudiant américain: Donald Trump tient la Corée du Nord responsable

Dans sa première réaction officielle, la Corée du Nord évoque dimanche une possible implication des Etats-Unis dans ce raid et exhorte les autorités espagnoles à traduire «en justice les terroristes et ceux qui tirent les ficelles».

« Une grave attaque terroriste »

«Nous attendons des autorités compétentes en Espagne (...) qu’elles mènent l’enquête sur cet incident jusqu’au bout et de façon responsable », a déclaré dans un communiqué relayé par l’agence officielle KCNA un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

La justice espagnole a indiqué que le chef présumé du commando était un certain Adrian Hong Chang, de nationalité mexicaine mais résidant aux Etats-Unis.

Elle a indiqué que cinq jours après l’assaut, Hong Chang était «entré en contact avec le FBI» à New York «afin de lui remettre des informations relatives à l’incident (...) ainsi que du matériel audiovisuel obtenu».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite