Thierry Neuville en tête du Mondial des rallyes: «Déçu pour Evans, mais on l’a mérité aussi»

Thierry Neuville en tête du Mondial des rallyes: «Déçu pour Evans, mais on l’a mérité aussi»
Photo News

Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul ont remporté dimanche le Tour de Corse, quatrième manche du Mondial des rallyes dont ils ont pris la tête, avec 2 points d’avance sur Sébastien Ogier, et trois de plus sur Ott Tanak. Telle est l’incroyable issue à un rallye qui semblait promis au méritant Elfyn Evans. Le pilote Ford avait repris la tête de l’épreuve à l’issue de la première spéciale de la journée. Mais en raison d’une crevaison subie dans la toute dernière spéciale, le Gallois a perdu la victoire dans les derniers kilomètres de course, et même la 2e place au profit de Sébastien Ogier.

Neuville : « On a progressé »

Plutôt déçu de son chrono dans la dernière spéciale, Thierry Neuville s’apprêtait à se satisfaire de la 2e place quand il a vu, médusé, que son rival n’avançait pas à un rythme normal. Et pour cause : il avait été victime d’une crevaison à la moitié de la spéciale environ.

« Je suis déçu pour Elfyn (Evans), qui n’avait sans aucun doute pas mérité ça, mais d’un autre côté, je pense que nous avons également mérité de remporter ce rallye. L’équipe a progressé. La voiture n’était pas parfaite ici, nous avons progressé et nous allons continuer à le faire j’espère. »

Evans : « Difficile à accepter »

De son côté, Elfyn Evans avait bien sûr du mal à masquer sa déception, même s’il fit bonne figure jusqu’au bout : « C’est difficile à accepter, mais d’un autre côté, il faut se souvenir que pas plus tard qu’hier (samedi), Ott Tanak s’est retrouvé dans la même situation et a également perdu la victoire pour ça, commentait le pilote Ford. C’est comme ça, il faut l’accepter, même si c’est difficile… »

Neuville ouvrira en Argentine

Cette victoire permet donc à Thierry Neuville de passer en tête du championnat. Un championnat qui se trouve copieusement bouleversé, puisque le pilote Hyundai compte désormais 2 points d’avance sur un Sébastien Ogier qui, lui non plus, ne rêvait certainement pas finir 2e en Corse après avoir constaté le retard que sa Citroën y affichait. Quant à Ott Tanak, lui aussi victime d’une crevaison alors qu’il était en tête, il compte désormais 5 points de retard, dans un championnat dont il occupait la tête depuis la Suède. Cela aura notamment pour conséquence de voir Neuville ouvrir la route à l’occasion de la prochaine manche du championnat, programmée du 25 au 28 avril en Argentine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite