Plus de 1.000 personnes ont couru en hommage à la joggeuse Wivinne Marion, tuée à Namur (vidéo)

Plus de 1.000 personnes ont couru en hommage à la joggeuse Wivinne Marion, tuée à Namur (vidéo)

Plus de 1.000 personnes, selon les organisateurs, ont marché et couru pour Wivinne Marion dimanche à Godinne. Une manière de rendre hommage à la pédiatre namuroise de 42 ans, assassinée alors qu’elle faisait son jogging à Boninne le 1er novembre 2018. Cette marche était une initiative de la maman de la victime, Danielle Falque.

Namur: la justice procède à la reconstitution de l’homicide de la joggeuse Wivinne Marion

Rendez-vous était donné à 10h30 pour une marche et un jogging «blancs» de respectivement 5 et 10 kilomètres. La cérémonie d’ouverture a été marquée par un discours poignant de Mme. Falque, suivi d’une minute de silence.

«Nous allons courir et marcher pour toi ma chérie, mais aussi pour toutes ces femmes, ces joggeuses, ces victimes parties bien trop tôt», a-t-elle déclaré. «Ne laissons pas la violence grandir en nous et autour de nous», a-t-elle ajouté. «Apprenons les précautions, les attitudes, les gestes et même les mots pour contrer ces actes inhumains, horribles et gratuits.»

Le veuf de la néonatologue du CHR de Namur, François Melebeck, ainsi que leurs enfants étaient également présents. «Ce n’était pas ma volonté d’organiser ce rassemblement, mais cela nous touche beaucoup», a souligné M. Melebeck. «Je pense aussi qu’il y avait une réelle demande de la communauté des coureurs de la région», a-t-il ajouté.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite