Édition record pour le Festival Passa Porta à Bruxelles

Édition record pour le Festival Passa Porta à Bruxelles

Du 28 au 31 mars, plus de cent écrivains se sont installés à Bruxelles pour le Festival Passa Porta. 10.000 visiteurs ont profité de cette édition, soit largement plus qu’en 2017. Le Festival Passa Porta 2019 a également accueilli une délégation internationale d’une soixantaine de professionnels littéraires de différents pays européens, d’Argentine, du Brésil, du Japon et du Québec.

Deux romans ont été présentés en première mondiale pendant le festival : Spring d’Ali Smith et Un poisson sur la lune de David Vann. L’essentiel de la programmation du festival se déroulait, comme de coutume, durant le parcours du week-end. Tous les aspects du parcours ont suscité beaucoup d’intérêt, les formules plus ludiques comme les écrivains Belges présentant de nouveaux textes, les auteurs internationaux comme les débats.

Ilke Froyen, directrice du festival, se montre satisfaite : « Le Passa Porta Festival a misé sur des auteurs qui placent des thématiques actuelles au centre de leurs œuvres, comme le Brexit, la migration ou le racisme structurel, et qui les ramènent à l’échelle humaine à travers leurs personnages. Et à en voir le grand intérêt des festivaliers, le public a faim de cette perspective. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite