NBA: Golden State humilie Charlotte et respire (vidéos)

©EPA
©EPA

Les Warriors n’avaient pas encore digéré leur défaite de vendredi contre Minnesota (131-130 a.p.) provoquée, selon eux, par des décisions arbitrales injustifiées. Ils ont donc passé leurs nerfs sur les Hornets qui jouaient gros dans la course à la qualification pour les play-offs.

L’issue du match était déjà décidée après le premier quart-temps bouclé avec huit points d’avance en faveur des double champions NBA en titre. Même l’exclusion de DeMarcus Cousins pour avoir frappé involontairement au visage le pivot espagnol de Charlotte Willy Hernangomez n’a pas perturbé Stephen Curry et ses coéquipiers, qui ont rallié les vestiaires avec un avantage de 22 points.

Stephen Curry et Klay Thompson ont marqué respectivement 25 et 24 points en 27 minutes de jeu, tandis que Kevin Durant s’est contenté de onze points. Leur entraîneur Steve Kerr les a rappelés sur le banc pour toute la durée du 4e quart-temps, mais Golden State, porté alors par le meneur remplaçant Quinn Cook (21 pts) a continué son festival offensif. « On a livré un match complet, je suis très content du comportement de notre banc », a déclaré Kerr.

Pour Charlotte, cette défaite, la plus lourde de la saison, est grave, puisqu’elle l’éloigne sans doute définitivement des play-offs. La franchise de Caroline du Nord, propriété du légendaire Michael Jordan, est 10e (35 v-41 d) et accuse trois victoires de retard sur Miami (38 v-38 d), avec seulement six matches de saison régulière encore à disputer.

Denver s’est incliné face à Washington malgré les 23 points et 14 rebonds de Nikola Jokic.

Popovich exclu

Les Nuggets ont perdu pied après la pause en inscrivant seulement 28 points. Ils accusent désormais une victoire de retard sur Golden State (2e, 51 v-25 d) dans la course au statut si important de tête de série N.1 des play-offs à l’Ouest. Et comme si la soirée n’avait pas été assez difficile, le meneur Jamal Murray s’est tordu la cheville gauche et a dû quitter ses coéquipiers.

Oklahoma City et San Antonio se sont qualifiés samedi pour les play-offs sans jouer, après la victoire de Houston face à Sacramento, la dernière équipe qui pouvait perturber le top 8 actuel.

Mais le Thunder et les Spurs, dos à dos (44 v-33 d) se sont inclinés tous deux à domicile, respectivement face à Dallas (106-103) et Sacramento (113-106).

Le duo Russell Westbrook-Paul George a marqué 52 points et Westbrook s’est offert son 30e « triple double » (trois catégories de statistiques à dix unités et plus), mais cela n’a pas suffi pour battre Dallas, privé de Luka Doncic.

À San Antonio, l’emblématique entraîneur des Spurs Gregg Popovich est rentré dans l’une de ses légendaires colères. Il a été exclu durant le 3e quart-temps pour avoir contesté une décision des arbitres. LaMarcus Aldrige a marqué 27 points et capté 18 rebonds, mais ses Spurs se sont inclinés face aux Kings et ont concédé leur 14e défaite cette saison face à une équipe présentant un bilan négatif.

Enfin, le leader de la conférence Est, Milwaukee, a laissé au repos son ailier grec Giannis Antetokounmpo, touché à une cheville. Sans leur meilleur marqueur, ni Khris Middleton, les Bucks se sont inclinés à Atlanta (136-135 a.p.) sur un « buzzer beater » (panier à la dernière seconde) du « rookie » Trae Young.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite