«Vive mardi»: le journal «Le Soir» gratuit pour une nouvelle formule

«Vive mardi»: le journal «Le Soir» gratuit pour une nouvelle formule

Parce que la maquette du Soir n’avait plus changé depuis plusieurs années et qu’elle avait besoin et envie d’un coup de fraîcheur. D’une nouvelle ligne graphique. Plus claire, plus moderne. D’une adaptation à la manière dont vous, nos lecteurs, consommez l’information aujourd’hui. D’une meilleure hiérarchisation de l’actu. D’une uniformité, aussi, pour mieux marquer la « patte » du journal de la première à la dernière page.

Parce qu’il faut alterner les textes longs et les textes courts. Les dossiers et les brèves, la réactivité à l’actu incontournable et l’anticipation sur les débats de société. Trouver un équilibre entre la créativité graphique et la nécessité pour les lecteurs d’avoir des repères clairs et récurrents.

Parce que le journal dans sa version papier existe non seulement pour vous informer, mais surtout pour expliquer, enrichir, décrypter et approfondir l’actu. En un mot, comprendre.

Parce que, pour la rédaction du Soir, l’avenir du journalisme, c’est la qualité et le contenu. Parce que pour accentuer et marquer notre identité, il faut faire ces choix et les affirmer. Tout en étant fidèle à nos valeurs fondamentales qui font notre force et votre fidélité : la rigueur, l’indépendance, l’investigation.

En pleine mutation numérique

Parce que Le Soir poursuit et développe sa mutation numérique. Nous voulons rendre plus cohérents nos choix sur le net et dans le papier, coller davantage aux nouveaux modes de consommation d’infos. Parce que vous lisez, écoutez et regardez les infos du Soir de 6h à minuit sur l’ensemble de nos supports, du papier à la tablette, de l’ordinateur au smartphone.

Parce que nous voulons et vous voulez aussi accroître votre plaisir. Dans l’écriture et le dessin, dans la lecture, dans la manière dont nous traitons l’information. Avec pertinence et impertinence.

Parce que nous voulons un journal plus en phase avec son lectorat et avec l’évolution du pays : un journal plus bruxellois à Bruxelles et plus wallon en Wallonie.

Un nouveau supplément européen chaque samedi

Parce que nous voulons mieux marquer notre identité européenne et mieux utiliser l’incroyable richesse journalistique que nous procure notre collaboration avec des journaux comme El Pais, La Repubblica, Die Welt, Gazeta Wyborca ou la Tribune de Genève, entre autres. Ce sera le cas le samedi avec un nouveau supplément « Léna », qui permettra de plonger dans le meilleur du journalisme européen.

Parce que le monde bouge et que Le Soir veut bouger. Parce que notre mission est de centrer notre projet éditorial sur le citoyen pour l’aider à mieux vivre sa vie, à comprendre et intégrer les enjeux du monde dans lequel il vit. Et l’aider à passer des constats aux solutions.

Parce que les chroniques, les débats et les opinions, dans leur diversité, sont une nécessité et une richesse dans un monde libre.

Parce que l’enquête et l’investigation sont le moteur du journalisme.

Parce que plus que jamais nous pensons, à la rédaction du Soir, que le journalisme est fondamental pour la démocratie, qu’il a une fonction qui évolue mais qui reste centrale dans la société. Pour en comprendre le fonctionnement, les bouleversements. Pour démêler le vrai du faux et surtout, l’essentiel du futile.

Parce que nous croyons en notre mission et que notre passion est intacte. Parce que nous voulons repenser notre quotidien.

Pour toutes ces raisons, ce mardi, Le Soir change. Vive demain. A découvrir gratuitement en librairie ou sur la liseuse numérique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite