LeBron James dit non à la Coupe du monde de basket, mais laisse la porte ouverte aux JO

©AFP
©AFP

La star de la NBA LeBron James estime que sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo l’an prochain est « une possibilité », mais il a d’ores et déjà dit non à la Coupe du monde en Chine cet été.

A 34 ans, le quadruple MVP (meilleur joueur) de la NBA a déclaré lundi au site The Athletic que sa participation aux JO de Tokyo en 2020 était « une possibilité, ça dépend de comment je me sens. J’adore les JO ».

LeBron James et l’équipe des États-Unis avaient remporté la médaille de bronze aux Jeux d’Athènes en 2004, où il n’avait cependant pas beaucoup joué. Il avait en revanche été l’un des piliers de la sélection américaine en 2008 à Pékin, puis en 2012 à Londres, avec à la clé deux titres olympiques. Mais il n’a pas participé en 2016 aux Jeux de Rio où les Américains ont décroché une troisième médaille d’or consécutive.

Pas de play-offs, mais un film

Blessé plus d’un mois après Noël, LeBron James va manquer les play-offs de la NBA pour la première fois depuis 2005. Il va mettre à profit cette intersaison pour notamment tourner le film « Space Jam 2 », 25 ans après le premier épisode où Michael Jordan avait tenu la vedette aux côtés du personnage de dessin animé Bugs Bunny.

Mais LeBron James ne participera pas à la Coupe du monde de la Fiba, à partir du 31 août en Chine, où l’équipe américaine sera dirigée par l’emblématique entraîneur de San Antonio, Gregg Popovich. « J’adore Pop, clairement, mais cet été ce ne sera pas la bonne période pour moi », a-t-il déclaré.

Depuis son arrivée cette saison aux Los Angeles Lakers, LeBron James cumule des moyennes de 27,4 points, 8,5 rebonds et 8,3 passes décisives par match, et il a dépassé Michael Jordan à la 4e place des meilleurs marqueurs de l’histoire de la ligue.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News

    Par S.Dr.

    Basket

    La Coupe de Belgique au cœur des ambitions carolos

  • ©News

    Par Jonas Bernard

    NBA

    Le sport US en vacances en Europe, avant de s’y installer?

  • Le quadragénaire aimerait vraiment rester dans le coaching.

    Par Stéphane Druart

    Euromillions League

    Basket: Serge Crevecoeur jette l’éponge, avant le Brussels?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite