LeBron James dit non à la Coupe du monde de basket, mais laisse la porte ouverte aux JO

©AFP
©AFP

La star de la NBA LeBron James estime que sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo l’an prochain est « une possibilité », mais il a d’ores et déjà dit non à la Coupe du monde en Chine cet été.

A 34 ans, le quadruple MVP (meilleur joueur) de la NBA a déclaré lundi au site The Athletic que sa participation aux JO de Tokyo en 2020 était « une possibilité, ça dépend de comment je me sens. J’adore les JO ».

LeBron James et l’équipe des États-Unis avaient remporté la médaille de bronze aux Jeux d’Athènes en 2004, où il n’avait cependant pas beaucoup joué. Il avait en revanche été l’un des piliers de la sélection américaine en 2008 à Pékin, puis en 2012 à Londres, avec à la clé deux titres olympiques. Mais il n’a pas participé en 2016 aux Jeux de Rio où les Américains ont décroché une troisième médaille d’or consécutive.

Pas de play-offs, mais un film

Blessé plus d’un mois après Noël, LeBron James va manquer les play-offs de la NBA pour la première fois depuis 2005. Il va mettre à profit cette intersaison pour notamment tourner le film « Space Jam 2 », 25 ans après le premier épisode où Michael Jordan avait tenu la vedette aux côtés du personnage de dessin animé Bugs Bunny.

Mais LeBron James ne participera pas à la Coupe du monde de la Fiba, à partir du 31 août en Chine, où l’équipe américaine sera dirigée par l’emblématique entraîneur de San Antonio, Gregg Popovich. « J’adore Pop, clairement, mais cet été ce ne sera pas la bonne période pour moi », a-t-il déclaré.

Depuis son arrivée cette saison aux Los Angeles Lakers, LeBron James cumule des moyennes de 27,4 points, 8,5 rebonds et 8,3 passes décisives par match, et il a dépassé Michael Jordan à la 4e place des meilleurs marqueurs de l’histoire de la ligue.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les U20 belges ont décroché la troisième des Championnats d’Europe Division B, ce qui les propulse en Division A.

    Par Guillaume Zaracas

    Basket

    L’avenir du basket belge s’annonce radieux

  • Remco Evenepoel. Photo 
: Photonews.

    Le WE sportif en 60 secondes

  • PHOTONEWS_10737547-007

    Par AFP/Belga

    Basket

    Mondial de basket: James Harden compte faire l’impasse

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite