NBA: Milwaukee gagne à New York, les Raptors se promènent (vidéos)

©EPA
©EPA

Les Milwaukee Bucks, leaders de la Conférence Est de la NBA, ont gagné lundi à Brooklyn (131-121), chez les Nets, grâce à 28 points de leur ailier grec Giannis Antetokounmpo, pendant que les Toronto Raptors se promenaient face à Orlando (121-109).

« On aurait pu encore mieux jouer ce soir. Je savais qu’on serait bons cette saison, mais je ne pensais vraiment pas qu’on pouvait devenir la meilleure équipe de NBA », s’est réjoui Antetokounmpo, de retour après une entorse de la cheville droite et absent lors de la défaite contre Atlanta. « Je veux jouer tous les matches, le mot repos ne fait pas partie de mon vocabulaire. Mais je dois faire ce qui est le mieux pour mon équipe, donc s’il faut que je me repose, je le fais », a confié le Grec.

Eric Bledsoe a ajouté 29 points et le remplaçant George Hill s’est levé du banc pour en mettre 22 de plus. À l’Est, les Bucks en sont à 58 victoires et 20 défaites. Ils n’ont plus qu’à gagner jeudi à Philadelphie.

Pendant ce temps, Danny Green engrangeait 29 points pour Toronto face à Orlando Magic. Les Raptors restent dans la course pour la première place de Conférence Est, avec un bilan de 55-23 et encore quatre matches à jouer.

Ils sont déjà sûrs de terminer deuxièmes, car Philadelphie (49 v-28 d) a perdu 122-102 à Dallas. La faute à un Justin Jackson solide (24 points) pour les Mavericks, alors que le remplaçant tunisien Salah Mejri a cumulé 16 points et 14 rebonds.

Du côté des Sixers, privés de Joel Embiid, trois joueurs se sont distingués : J.J. Reddick a marqué 26 points, Tobias Harris 25 et l’Australien Ben Simmons 17.

Walker marque 47 points mais Charlotte perd

Les cinq équipes en lutte pour les trois dernières places en playoffs de la Conférence Est ont perdu lundi, ce qui a donc rapproché Detroit (39 v-38 d), Brooklyn (39 v-39 d) et Miami (38 v-39 d) de leur objectif, même si Orlando (39 v-40 d) et Charlotte peuvent encore rêver, un peu.

Malgré 47 points de Kemba Walker, Charlotte a perdu 111-102 chez les Utah Jazz. La franchise de Michael Jordan (35 v-42 d) reste à trois victoires de Miami pour la 8e et dernière place en playoffs.

Du côté des Jazz, Donovan Mitchell (25 pts), l’Espagnol Ricky Rubio (20 pts, 13 passes décisives) et le Français Rudy Gobert (18 pts, 18 rebonds) ont brillé.

À Boston, les Celtics ont battu Miami (110-105) grâce à 25 points de Kyrie Irving et surtout au deuxième « triple double » (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) d’Al Horford (19 pts, 11 rebonds, 10 passes décisives) en NBA. En face, les 30 points de Goran Dragic n’ont pas suffi pour les visiteurs.

Thaddeus Young et Bojan Bogdanovic, 19 points chacun, ont fait partie des sept joueurs à deux chiffres qui ont permis aux Indiana Pacers de battre les Detroit Pistons à domicile (111-102), grâce à leur remplaçant Domantas Sabonis (18 pts, 12 rebonds). Le meilleur élément des Pistons a été Andre Drummond (18 pts, 17 rebonds).

Dans la Conférence Ouest, Portland (49 v-28 d) a rejoint Houston à la 3e place grâce à un succès (132-122) dans le Minnesota. Avec deux Trail Blazers très en vue, Rodney Hood (21 pts) et Enes Kanter (20 pts, 11 rebonds), alors que Karl-Anthony Towns (17 pts, 12 rebonds) a fait le maximum pour les Timberwolves.

Enfin, 24 points de Luke Kornet ont permis aux Knicks, dans leur salle new-yorkaise, de battre les Chicago Bulls (113-105).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite