Ryanair parmi les dix plus gros émetteurs de CO2 en Europe

©D.R
©D.R

Ryanair figure parmi les 10 entreprises les plus émettrices de CO2 en Europe. C’est la première fois qu’une compagnie aérienne occupe le haut de ce classement, traditionnellement composé d’entreprises actives dans le secteur du charbon, annonce mardi, sur base de chiffres de la Commission européenne, l’organisation Europe Transport & Environment (T&E), qui milite pour une politique de transport en Europe basée sur les principes du développement durable.

Ryanair arrive à la 10e place, avec des émissions de CO2 atteignant 9,8 millions de tonnes en 2018, soit 7 % de plus qu’en 2017. A titre de comparaison, Brussels Airlines a émis l’an dernier quelque 780.000 tonnes de CO2. Les principaux émetteurs en Belgique sont ArcelorMittal à Gand (4,4 millions de tonnes), la centrale électrique Knippegroen d’Electrabel à Gand (4,6 millions de tonnes) et la raffinerie Total à Anvers (3,6 millions de tonnes).

Au niveau européen, les émissions de CO2 ont diminué de 4,2 % alors que celles du secteur aérien du Vieux-Continent ont augmenté de 5,7 %. Selon l’organisation T&E, les autorités n’en font pas assez pour contrôler les émissions de CO2 du secteur aérien qui, en outre, « ne paie pas de taxes sur son fuel et pas de TVA sur ses tickets ».

La Belgique veut que l’Europe taxe les voyages en avion

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite