Tensions sociales chez Skeyes: Crucke plaide pour des indemnisations et un service minimum

Tensions sociales chez Skeyes: Crucke plaide pour des indemnisations et un service minimum

Le ministre wallon des Aéroports, Jean-Luc Crucke, plaide pour l’instauration d’un système d’indemnisation des aéroports et des voyageurs en cas d’arrêt de travail chez Skeyes, l’entreprise publique autonome en charge du contrôle du trafic aérien. Il propose également la mise en place d’un service minimum.

Tensions sociales chez Skeyes: le CEO dénonce «une prise d’otage»

Alors que le contrat de gestion de Skeyes (ex-Belgocontrol) doit être renouvelé en été, le ministre Crucke ne cache pas son agacement face aux arrêts de travail successifs qui ont perturbé le ciel belge ces dernières semaines.

Il appelle à ne pas «signer aveuglément» et plaide pour l’instauration, dans le futur contrat de gestion, d’un système d’indemnisations des aéroports et des voyageurs qui feraient les frais d’un mouvement de grogne des aiguilleurs du ciel.

Le ministre propose également d’établir un service minimum «pour autant que cela soit techniquement possible», précise-t-il.

Un préjudice important

A Liège Airport, premier aéroport cargo du pays, entre 250 et 300 vols ont été impactés par les actions des contrôleurs aériens depuis le début du mois de mars. Certains avions ont été retardés, d’autres détournés vers un autre aéroport.

L’activité de Liège Airport ayant essentiellement lieu la nuit, tout comme les arrêts de travail, le préjudice s’estime à plusieurs millions d’euros.

Lundi, le président du conseil d’administration de Liège Airport, José Happart, a dénoncé «une complaisance inacceptable de médecins délivrant de faux certificats médicaux» aux contrôleurs aériens, «une organisation structurée» ainsi qu’un «sabotage» de la Flandre envers la Wallonie.

Dans la nuit de dimanche à lundi, la fermeture de l’espace aérien belge est intervenue alors que les actions syndicales avaient été suspendues afin de donner sa chance au processus de conciliation en cours.

«Trop is te veel! », a déclaré M. Crucke, qui a écrit au CEO de Skeyes pour lui demander des explications quant aux dommages que la Wallonie subit. «Je vais également demander à la Sowaer (NDLR: société wallonne des aéroports) d’analyser la possibiité de travailler autrement, d’ouvrir le système actuel», a-t-il ajouté.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Mark Hofmann en 1984.

    Simon Worrall: «Mark Hofmann était un génie des fake news»

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    D’inquiétants incidents se multiplient dans le Golfe. Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump ont promptement pointé un...

    Lire la suite