Elections fédérales 2019: Francis Delpérée ne se présente finalement pas sur la liste CDH

© Belga
© Belga

Et une tuile de plus pour le CDH. Après le départ de Joëlle Milquet et le retrait forcé de Dimitri Fourny, c’est au tour du député Francis Delpérée de faire un pas de côté. L’homme politique renonce à se présenter aux élections du 26 mai, a-t-il indiqué mardi dans les couloirs de la Chambre.

Le député devait occuper la dernière place sur la liste CDH pour la Chambre à Bruxelles. Il justifie son choix par les différences de conception des droits fondamentaux avec la tête de liste, Georges Dallemagne. Il espère forcer un examen de conscience dans son parti.

Quand le mauvais œil s’acharne sur Maxime Prévot…

Pourquoi Francis Delpérée renonce

Deux débats sous cette législature ont poussé le député à renoncer: celui sur la prolongation du délai de garde à vue à 72 heures pour les infractions terroristes, à laquelle il s’est fermement opposé, et celui sur le secret professionnel des travailleurs sociaux.

Le CDH emmené par Georges Dallemagne avait voté pour cette proposition de loi de la N-VA, à l’exception de M. Delpérée qui s’était abstenu. La Cour constitutionnelle lui a donné raison puisqu’elle a annulé les dispositions sur une obligation de dénonciation active des travailleurs sociaux.

Lutte contre le terrorisme: l’extension du délai de garde à vue à 72 heures rejetée

« Un examen de conscience »

«C’eût été hypocrite de me présenter, de recueillir des votes sur mon nom mais qui auraient profité à d’autres qui ne partagent pas ma conviction», a ajouté le député.

«Au départ, je rendais service au CDH. A l’arrivée, je rends encore plus service au CDH en ne me présentant pas et en forçant un examen de conscience», a-t-il conclu.

Le départ de Joëlle Milquet, un nouveau coup dur pour Maxime Prévot

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite