Un partage de folie entre Villareal et le FC Barcelone: les Catalans décrochent un point dans les arrêts de jeu (4-4, vidéos)

epa
epa

Folie douce en Championnat d’Espagne! Menant 2-0 puis mené 4-2, le leader Barcelone a arraché mardi un incroyable nul 4-4 à Villarreal grâce à Lionel Messi et Luis Suarez, maintenant à distance son dauphin et prochain adversaire, l’Atlético Madrid, vainqueur de Gérone (2-0).

Pour la 30e journée de Liga, le Barça pensait passer une soirée tranquille au stade de la Céramique en marquant grâce aux Brésiliens Philippe Coutinho (12e) et Malcom (16e).

Le mal-classé Villarreal a néanmoins égalisé par Samuel Chukwueze (23e) et Karl Toko-Ekambi (49e) avant de prendre l’avantage par Vicente Iborra (62e) puis Carlos Bacca (80e). Et quand le défenseur du «sous-marin jaune» Alvaro a été exclu (86e), Messi, lancé à l’heure de jeu, a réduit le score sur coup franc (90e), soit son 32e but de la saison en Liga, avant un tir puissant et salvateur de Suarez (90e+3).

Au classement, le club blaugrana reste en tête (1er, 70 pts) même s’il voit revenir à seulement huit longueurs l’Atlético Madrid (2e, 62 pts), tombeur de Gérone un peu plus tôt sur des buts de Diego Godin (76e) et Antoine Griezmann (90e+4).

Les deux premiers s’affrontent samedi au Camp Nou et le Real Madrid (3e, 57 pts) se déplace pour sa part à Valence mercredi avec l’opportunité de revenir à dix longueurs de la tête.

Moindre mal

Evidemment, à huit journées de la fin, les Barcelonais conservent un solide matelas d’avance sur les «Colchoneros»: le nul de mardi est un moindre mal. Mais une défaite samedi au Camp Nou face à leur poursuivant direct pourrait tout relancer au pire moment, alors que l’équipe d’Ernesto Valverde se croyait à l’abri avant son quart de finale de Ligue des champions contre Manchester United (10 et 16 avril) !

Valverde a peut-être pris trop de risques mardi en laissant sur le banc au coup d’envoi son capitaine Messi, son milieu Ivan Rakitic et son défenseur central Gerard Piqué. Et la charnière de gauchers français Clément Lenglet-Samuel Umtiti a beaucoup souffert.

Peut-être aussi le Barça s’est-il implicitement relâché en prenant rapidement l’avantage grâce au Brésilien Malcom, passeur pour Coutinho (12e) puis auteur de son premier but en Liga d’une jolie tête (16e).

A 2-0, le match semblait plié mais Villarreal, avec l’énergie du désespoir, est revenu à hauteur dans le sillage de l’épatant attaquant nigérian Samuel Chukwueze, lui aussi buteur (23e) et passeur pour Karl Toko-Ekambi (49e).

Le Barça était sonné et Villarreal en a profité pour prendre l’avantage par Vicente Iborra (62e) puis par Carlos Bacca en contre (80e).

Scénario renversant

Bref, le scénario était renversant, au point que Valverde a été contraint de lancer Messi à l’heure de jeu alors qu’il souhaitait sans doute ménager son quintuple Ballon d’Or, victime de douleurs pubiennes chroniques.

Ce dernier a fait ce qu’il fait de mieux en ce moment: marquer sur coup franc (90e), ce qui a permis de ramener le score à 4-3. Et dans une fin de match haletante, le tir flottant de Suarez (90e+3) a fait mouche pour sauver le Barça de la défaite et du doute.

Grâce à cette égalisation in extremis, le Barça reste invaincu depuis novembre en Liga, et depuis 2008 contre Villarreal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite