Leaks: tout ce que «Le Soir» et ses partenaires ont débusqué en six ans

Leaks: tout ce que «Le Soir» et ses partenaires ont débusqué en six ans

Depuis 2013, Le Soir fait partie du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). En six ans, ce groupement a multiplié les grandes enquêtes fiscales à travers le monde, sur des sujets très divers. Dans certains cas, ont été relevés de « simples » mécanismes d’optimisation fiscale. Mais les enquêtes ont aussi permis de débusquer de réelles fraudes.

• Dès 2013, il y a eu les Offshore Leaks, révélant au grand jour des arrangements cachés de politiciens, d’escrocs et de très grosses fortunes à travers le monde.

Des Offshore Leaks qui ont connu un second épisode, les ChinaLeaks, centrés sur la « noblesse rouge », gratin de l’élite communiste, assurant discrètement son avenir via les paradis d’une économie ultralibérale.

• Puis, en novembre 2014, sont venus les LuxLeaks, qui révélaient que des centaines de sociétés, dont 26 belges, avaient conclu avec l’administration fiscale luxembourgeoise des accords secrets – les fameux « rulings » – leur permettant de réduire largement leurs charges fiscales moyennant une présence toute symbolique au Grand-Duché.

• En février 2015, Le Soir, associé à l’International Consortium of Investigative Journalists, dévoile les SwissLeaks, la révélation d’un système international de fraude fiscale et de blanchiment d’argent mis en place par la banque britannique HSBC à partir de la Suisse.

• Et puis, il y a trois ans tout juste, sont venus les Panama Papers  : plus de 11,5 millions de documents épluchés pour mettre au jour un vaste scandale de dissimulation de patrimoine, de Lionel Messi au Premier ministre d’Islande, de l’entourage de Poutine au Premier ministre du Pakistan.

• Près de six mois plus tard, nouvelle salve de révélations. Avec les Bahamas Leaks, c’est l’île des Caraïbes qui est au centre des débats.

• En novembre 2017, les Paradise Papers. Par différents stratagèmes, certaines entreprises ont évité de payer des dizaines de milliards de dollars de taxes.

A quoi ça a servi, tout ça ? A mettre en évidence des pratiques à tout le moins peu éthiques, parfois illégales. Mais aussi à ramener de l’argent dans les caisses publiques, en Belgique et ailleurs.

Et ce n’est pas fini, l’effort d’investigation se poursuit.

En marge de sa collaboration avec l’ICIJ, Le Soir s’est aussi impliqué dans un travail d’enquête avec le réseau European Investigative Collaborations (EIC), qui a débouché notamment sur les Football Leaks.

Sur le même sujet
FraudeBelgiqueHSBC PLC
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite