2,2 millions de spectateurs pour les films belges flamands en 2018

Dans cet article
2,2 millions de spectateurs pour les films belges flamands en 2018

2018, année exceptionnelle pour les films et les séries flamands : c’est le moins que l’on puisse dire à la lecture du bilan 2018 du Fond Audiovisuel de Flandre (VAF). L’an dernier, ce sont en effet 2,2 millions de spectateurs qui se sont rendus dans les salles obscures pour une (co)-production belge flamande. Des chiffres en progression de… 38 % par rapport à 2017 qui totalisait 1,7 million de spectateurs. En tête de course, Patser d’Adil El Arbi et Bilall Fallah (366.113 spectateurs), Niet schieten de Stijn Coninx (356.166 spectateurs en 2018, 401.136 au 1er mars 2019) et Girl de Lukas Dhont (248.003 spectateurs en 2018, 276.731 au 1er mars 2019).

À noter que les chiffres de 2018 intègrent le box-office 2018 de films à grand succès sortis en 2017 comme FC De Kampioenen 3 : Kampioenen Forever et K3 Love Cruise. Ceux-ci sont responsables de 20 % du résultat global de 2018.

Le documentaire le plus populaire en salles est Hoop doet leven (22.922 spectateurs), suivi par Rabot (12.596) et Manu (2.423). Du côté des films d’animation, c’est Le Voyage de Ricky (47.104 spectateurs) et L’Envol de Ploé (12.596) qui ont attiré le plus de monde en salles.

Une année de rayonnement international

Si les chiffres sont sans conteste records, le succès des films flamands l’an dernier est aussi à souligner au niveau international. Cinq (co)-productions ont ainsi été présentées en première mondiale à Cannes, où Girl a remporté la Caméra d’or avant d’accumuler les récompenses à Londres, San Sebastián et Zürich aux European Film Awards et d’être nommé aux Golden Globes et aux Césars.

En chiffres

En 2018, les trois fonds du VAF ont validé 223 demandes d’aides à la création pour un total de 17.394.894 d’euros.

Screen Flanders a de son côté investi en 2018 3,83 millions d’euros dans des productions belges et étrangères. 34 dossiers ont été rentrés et 21 approuvés (soit 3 de moins qu’en 2017). L’effet de levier moyen (le rapport entre les investissements en Région flamande et l’aide accordée) était de 8,03 en 2018. Il s’agit du meilleur rapport depuis le début de Screen Flanders.

Sur le même sujet
CinémaDhont
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite